Johanne Gagnon : coordonnatrice de la Maison l’Amie d’Elle

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 27 mars 2016
Temps de lecture :

Après avoir occupé divers postes au sein du Mouvement Desjardins pendant 28 ans, Johanne Gagnon a joint l’équipe de la Maison l’Amie d’Elle où elle est coordonnatrice depuis 8 ans. Bénévole dévouée depuis toujours dans sa communauté, elle est un atout important au sein d’une organisation. Impliquée pendant quelques années au sein d’Opération Nez rouge elle est toujours bénévole du Club de badminton. Mme Gagnon siège sur les conseils d’administration du Regroupement des Femmes de la Côte-Nord, de la Maison Anita Lebel et de Villa Forestville. Elle est conseillère municipale depuis quelques années et responsable de la programmation au Comité de spectacles de Forestville. Rencontre avec une dame de cœur.

Comment s’est passée votre jeunesse ?
Étant le bébé d’une famille de quatre enfants, j’ai vécu une très belle enfance.  Déjà jeune, j’étais très active au niveau du sport.  J’ai été animatrice de loisirs à St-Marc de Latour, mon premier emploi que j’adorais.  A la polyvalente j’allais aider souvent  M. Dumont à la bibliothèque à replacer les livres, j’ai commencé mon bénévolat assez jeune, je crois…
Êtes-vous native de Forestville ?
Je suis native de St-Marc de Latour, j’y ai demeuré jusqu’à l’âge de 20 ans pour ensuite déménager à Forestville.

Quel a été votre parcours scolaire?
J’ai fait mon secondaire à la Polyvalente des Rivières. Par l’intermédiaire de Desjardins, j’ai fait un AEC qui était considéré comme un certificat en finances personnelles et j’ai un certificat en planification financière.
Que faites-vous dans votre quotidien au boulot ?
Je gère une maison d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants qui comprend 11 employées.  Mon travail consiste à ce que les employées reçoivent toutes les formations qui s’offrent à elles, qu’elles aient tous les outils à jour pour leur travail.  Je représente la maison dans différents comités.  J’ai une équipe formidable avec moi et nous travaillons à améliorer le bien-être des femmes afin de leur permettre de reprendre le contrôle de leur vie.  Je peux simplement vous dire qu’ici c’est la vraie vie…
Comment voyez-vous votre rôle de conseillère municipale ?
Je crois que toute personne devrait vivre cette expérience une fois dans sa vie.  Nous sommes une équipe et  nous prenons ensemble les décisions peu importe le sujet.  Avant que je sois conseillère, je pensais comme bien du monde que les décisions étaient toutes décidées d’avance. Mais ce n’est pas le cas.  Moi mon secteur est dans le développement culturel et social.  Nous avons mis en place la politique familiale en 2014 qui sera renouvelée en 2017.  Je travaille fort comme toute l’équipe à notre rénovation de la salle de spectacles située à l’auditorium de Forestville.  J’y crois encore même si bien des gens ne pensent pas comme moi.  C’est primordial que nous conservions nos acquis.
Êtes-vous satisfaite des réalisations du conseil municipal depuis votre première élection ?
Je suis très satisfaite des réalisations du conseil municipal à venir jusqu’à maintenant. Il faut vivre cette expérience pour savoir tout ce qui se passe dans ce monde. Il y a beaucoup à faire dans notre ville mais il y a aussi un budget qu’il faut respecter, établir nos priorités, et pour cela il faut y aller par étape.  Une chose est certaine c’est que je ne chialerai plus jamais après un conseiller(ère) municipale….
De par votre expérience professionnelle, vous êtes sur la première ligne quant à la situation des femmes victimes de violence. Quels sont les défis actuels pour les professionnelles qui sont en relation d’aide avec ces femmes ?
Notre but premier est d’essayer de convaincre les femmes qui sont victimes quel que soit la sorte de violence, car il y en a cinq, qu’elles sont capables de s’en sortir.   Nous travaillons à ce qu’elles retrouvent leur autonomie ainsi que leur estime d’elles-mêmes car très souvent ces personnes sont démolies.  Vous savez si on savait tous ce qui se passe dans notre milieu, nous tomberions en bas  de nos chaises. Le territoire de la Haute-Côte-Nord est grand, nous avons comme but de faire connaître et surtout de sensibiliser les femmes qu’il y a une maison qui est prête à les accueillir 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.  Vous savez, franchir la porte de la Maison l’Amie d’Elle est déjà un gros défi pour elles, mais lorsqu’elles y sont, il n’y a plus de violence et le changement commence…

De quoi êtes-vous le plus fière ?
Je suis fière de beaucoup de choses mais premièrement de ma famille. J’ai la chance d’avoir une fille merveilleuse ainsi que deux beaux petits-enfants que j’adore plus que tout au monde.  Je suis fière de ce que je suis devenue aujourd’hui malgré tous les obstacles que nous rencontrons dans la vie et ça je le dois à mes parents.  Je suis fière du travail que j’accomplis car je trouve tellement que c’est la vraie vie.  Je suis fière de la relation que j’ai avec mon amoureux qui partage ma vie.

Vous avez une baguette magique qui vous donne tous les pouvoirs, quelle est la première chose que vous faites ?
Je ferais apparaître un vaccin pour guérir tous ceux qui souffrent de cancer.  Je ferais en sorte qu’il n’y ait plus de luttes dans le monde et qu’enfin les hommes et les femmes soient sur le même pied d’égalité.
Quels sont vos qualités et vos défauts?
C’est difficile de parler de soi, je crois que je suis une fille très à l’écoute des autres, je suis honnête, audacieuse, aventurière. Pour ce qui est de mes défauts, j’en aurais peut-être une liste mais le pire c’est que je suis très rancunière. Une chose est certaine c’est que je déteste l’hypocrisie.  Est-ce un défaut ou une qualité mais je ne suis pas capable de dire non….

 

En bref

Âge : 55 ans
Lieu de résidence : Forestville
Famille : Je suis la cadette d’une famille de 4 enfants dont 2 sœurs et un frère
Musique : Musique francophone
Loisirs : Marche en forêt,  randonnées de motoneige, photographie.  Présentement, je m’occupe des chevaux de la famille Émond  avec Rock, j’adore ça.  J’adore aussi les mots-croisés.

Partager cet article