Nancy Lamontagne : une indispensable du communautaire

Par Karianne Nepton-Philippe 12:00 AM - 20 août 2016
Temps de lecture :

Sacré-Cœur – Nancy Lamontagne est une de ces femmes d’action qu’on sait reconnaître. Nord-Côtière d’adoption, elle n’a pas attendu qu’on frappe à sa porte. Elle est allée au-devant des besoins et des projets. Accessible et tolérante, elle a su poursuivre l’héritage familial de ses parents: s’impliquer, aider et donner sont des valeurs enrichissantes à tous points de vue. Entrevue avec une amoureuse de la vie.

Quel a été votre parcours scolaire?
J’ai fait une attestation d’études collégiales en éducation à l’enfance ainsi qu’un DEC en sciences humaines. J’ai aussi un certificat qui est presque terminé en toxicomanie.

Êtes-vous native de la Côte-Nord?
Non, je suis née à Laval et j’ai déménagé à Drummondville à l’âge de 3 ans. Dans mon cœur, je viens de Drummondville.

Vous avez travaillé à Forestville où vous vous êtes impliquée avec les jeunes. Combien de temps avez-vous travaillé et demeuré à Forestville?
J’ai travaillé 7 ans à la Maison des Jeunes L’Entretemps et habité 8 ans à Forestville.
Pouvez-vous me décrire l’expérience que vous avez acquise avec la maison des jeunes?
Ce fut très enrichissant. J’ai appris ce qu’est vraiment un organisme communautaire et comment cela fonctionne. En ce sens, j’ai appris que je suis faite pour ce domaine!

Croyez-vous que l’existence de cette maison des jeunes était primordiale dans une municipalité comme Forestville?
Les maisons de jeunes, que ce soit à Forestville ou ailleurs, sont tellement importantes pour les adolescents. C’est à cet endroit que les jeunes se découvrent, qu’ils apprennent la vie en société et qu’ils font leurs premières expériences. C’est à cet endroit qu’ils peuvent réaliser leurs projets les plus fous!

Vous travaillez maintenant comme agente de concertation et de mobilisation au TROC Côte-Nord. Décrivez-moi ce travail?
La Table régionale des organismes communautaires de la Côte-Nord est un regroupement régional en santé et services sociaux qui couvre de Tadoussac à Blanc-Sablon, en passant par Fermont. Mon rôle est de soutenir les organismes membres. J’organise des tables de concertation par MRC dans le but de discuter de certaines problématiques et de trouver des solutions. Je donne aussi de la formation et du soutien technique. Quand les organismes ont des questions par rapport aux règlements généraux, aux demandes de subventions, ou pleins d’autres sujets, ils nous appellent et on trouve les réponses!

Pourquoi est-ce important pour vous de vous impliquer dans votre communauté?
C’est très important pour moi et j’aime donner de mon temps. C’est très valorisant d’aider et de donner. Cela m’a aussi permis de bien m’intégrer dans ma région d’adoption et de bien la connaître. Le plus important, c’est que ça fait partie de mes valeurs. Mon père et ma mère ont toujours fait beaucoup de bénévolat et j’ai grandi avec ce modèle.

Diriez-vous que la Côte-Nord est votre région maintenant?
La Côte-Nord est ma région d’adoption. Je suis maintenant une vraie de vraie Nord-Côtière!
Si vous faites une rétrospective de votre cheminement, de quoi êtes-vous le plus fière?
D’avoir déménagé sur la Côte-Nord, d’avoir trouvé un mari fabuleux et d’être la personne que je suis!
Vous avez une baguette magique qui vous donne tous les pouvoirs, quelle est  la première chose que vous faites?
Avoir mon permis de pilotage d’avion…. Ça prend beaucoup moins de temps en avion pour voyager! Mais si on pense dans une optique plus politique, je ferais en sorte que la Côte-Nord déborde d’emplois et que les richesses de notre belle région soient exploitées à bon escient.

Quels sont vos qualités et vos défauts?
Je suis souriante, sociable et à l’écoute des gens. Pour mes défauts, je te dirais que je suis impatiente et intolérante, surtout à l’injustice.

Partager cet article