Amenez-en des projets!

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 05 novembre 2016
Temps de lecture :

Longue-Rive – On a l’impression que Caroline Hovington patauge dans le communautaire de Longue-Rive depuis toujours. Fille de défis, son engagement est sans limite si elle croit aux projets dans lesquels elle est impliquée. Directe et transparente, cette amoureuse de la vie sait donner l’heure juste lorsque nécessaire. Rencontre avec une passionnée des gens et de l’entraide qui prône la tolérance dans toutes les sphères de sa vie.

1- Énumérez votre occupation et vos implications ainsi que les rôles que vous y jouez et depuis combien d’années :

À l’emploi de la Municipalité de Longue-Rive depuis juin 2011. Je suis coordonnatrice des loisirs communautaires donc mon rôle est d’accompagner et de soutenir les organismes dans l’organisation de leurs activités ou événements tout en coordonnant l’offre de services communautaires. Je siège sur différents comités de regroupement HCN en tant que représentante municipale et aussi pour les organismes de Longue-Rive.

2- Comment s’est passée votre jeunesse ?

Assez mouvementée, vu mon côté très extraverti. Mes bons souvenirs sont les journées dehors à jouer à la cachette avec une vingtaine d’amis ou à se construire des camps avec des vieilles couvertures afin de se réunir tous ensemble. Une adolescence teintée de rébellion mais heureusement avec l’âge et les expériences de vie les valeurs familiales sont finalement revenues x 1000.

3- Êtes-vous native de Longue-Rive ?

Oui, mais dans mon enfance j’ai déménagé beaucoup entre autres à Québec, Jonquière, Baie-Comeau et au début de la vingtaine à Edmonton en Alberta.

4- Quel a été votre parcours académique ?

À la suite de mon secondaire, j’ai suivi le cours d’assistante familiale et sociale où j’ai travaillé de nombreuses années avec une clientèle handicapée physique et/ou intellectuelle. Le fait d’habiter à Edmonton m’a permis de vivre une insertion culturelle assez radicale. Inscrite au collège pour une immersion anglaise j’ai côtoyé des gens de tous les coins du monde. Je ne suis pas parfaitement bilingue mais c’est un atout que je considère important dans mon cheminement. Finalement, suite à des emplois en animation de projets, je me suis découvert une véritable passion pour le communautaire. Alors j’ai suivi plusieurs formations en lien avec le développement et la structure de projets communautaires. Aujourd’hui, j’adore mon travail et je suis toujours enthousiaste de participer à de nouveaux défis.

5- Que faites-vous dans votre quotidien au boulot ?

Principalement de la planification d’événements et d’activités pour les organismes. Je m’implique notamment en les outillant dans la structure, la logistique, la publicité et la collaboration de partenaires.

6- Vous êtes coordonnatrice des loisirs communautaires. Est-ce de plus en plus difficile d’intéresser les gens à délaisser leurs téléphones intelligents et leurs tablettes ?

Oui évidemment. Personnellement je crois que c’est une question de respect envers autrui que de réduire l’utilisation de ces nouvelles technologies lorsque nous sommes en groupe socialement. Par contre, il y a des points positifs quand nous avons besoin de rejoindre quelqu’un pour des questionnements ou autres. Et que dire de la publicité, avec Internet on peut rejoindre un plus grand bassin de gens et plus rapidement.

7- Vous siégez également en soutien sur la plupart des conseils d’administration des organismes de Longue-Rive. Quels sont les défis auxquels vous devez faire face au quotidien ?

La transformation de la norme sociale, dans le sens où d’amener des gens à revoir et prendre conscience que la structure mise en place depuis de nombreuses années n’est peut-être pas la plus appropriée pour atteindre l’objectif souhaité.

8- Vous qui côtoyez les jeunes énormément, qu’est-ce qui a changé selon vous dans leur façon d’être au quotidien dans un monde où tout va tellement vite ?

Les jeunes sont plus isolés physiquement mais pas socialement. Ils sont chacun dans leur maison mais ils communiquent avec tellement de gens de l’extérieur ou pas de la région. J’avoue que c’est un sujet qui me préoccupe pour les années futures autant dans mon travail qu’avec mes enfants.

9- Vous êtes impliquée dans le Festivent de Longue-Rive depuis les tout débuts. Comment croyez-vous que l’événement grandira au cours des prochaines années et que faudra-t-il faire pour que celui-ci se renouvelle ?

Je suis convaincue que l’événement continuera de grandir et de s’améliorer. Avec une population engagée comme la nôtre, un comité des plus dynamique et impliqué, le Festivent c’est le projet de la communauté. Il y a un fort sentiment d’appartenance communautaire qui n’est pas prêt de s’essouffler.

10- De quoi êtes-vous le plus fière ?

Mes enfants, ma famille, mes amis et mon cheminement personnel.

11- Vous avez une baguette magique qui vous donne tous les pouvoirs, quelle est la première chose que vous faites ?

Je réduirais les barrières et les limites psychologiques que les gens entretiennent entre eux. Je souhaiterais vivre dans un monde où la jalousie et l’injustice sont révolues. Bienvenue à l’entraide, au partage et la collaboration humaine.

12- Quels sont vos qualités et vos défauts?

Je suis honnête, sociable et généreuse. Par contre je suis impatiente et prompte mais je m’efforce de m’améliorer.

Partager cet article