Les centres de femmes de la Côte-Nord se mobilisent

Par 12:00 AM - 11 mai 2017
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Les centres de femmes de la Côte-Nord ont mené la semaine dernière une mobilisation contre les politiques d’austérité du gouvernement du Québec qui ont des conséquences sur les Québécoises. Les femmes se sont arrêtées au cégep de Baie-Comeau, entre autres. Cet acte s’intègre dans la semaine nationale d’actions des centres de femmes contre l’austérité, qui se tenait du 24 au 28 avril.

Les centres ont des attentes quant aux résultats de cette action à laquelle une vingtaine de femmes des quatre centres de la région (travailleuses, membres de conseil d’administration et participantes) ont pris part. Il s’agit du Centre de femmes L’Étincelle de Baie-Comeau, du Centre Femmes Aux 4 Vents de Sept-Îles, du Centre des femmes de Forestville et de L’Alliance des femmes de Sacré-Cœur. Elles ont fait leur mobilisation en silence avec des pancartes dans le but d’indiquer les conséquences des coupes budgétaires sur les femmes.

« Ce qu’on aimerait, c’est que Philippe Couillard soit à l’écoute des revendications portées par le milieu communautaire, entre autres, par la Coalition Main rouge, les solutions fiscales, et les impacts sur la population. Les élections approchent vite, donc c’est important qu’il effectue des réinvestissements majeurs dans le système de services publics », a soutenu la présidente de L’R des centres de femmes du Québec, Nadia Morissette.

Signalons que la Coalition Main rouge demande l’accès à des services publics de qualité pour tous.

Impact sur les femmes

Pour ce qui est de la population, les centres espèrent qu’elle sera compréhensive de l’austérité dont a été victime le système public. Les coupes budgétaires du gouvernement du Québec ont eu des impacts sur la gent féminine. « Les femmes sont appauvries, elles ont la nécessité de faire des choix qu’elles n’auraient pas fait si ces mesures d’austérité n’avaient pas été adoptées. Elles doivent être recluses dans des rôles traditionnels, stéréotypés et socialisés dans leur sphère privée et faire des choix difficiles », a indiqué Mme Morissette. Les coupures en santé et dans les centres de la petite enfance, notamment, ont eu des effets négatifs sur les femmes, estime-t-on.

Cependant, la présidente de L’R des centres de femmes du Québec voit des solutions que le gouvernement pourrait adopter pour améliorer la situation. « Par exemple, la Coalition Main rouge a sorti une dizaine ou une quinzaine de solutions fiscales qui permettraient d’aller chercher 10 milliards de dollars, dont un régime d’assurance-médicament qui serait complètement modifié avec lequel il serait possible d’aller chercher un milliard », a affirmé Nadia Morissette.

Les centres de la Côte-Nord ont choisi Baie-Comeau pour leur action, parce que la ville est le point central des centres de femmes de la région. Elles se sont rendues à l’urgence de l’hôpital Le Royer et au cégep, entre autres, parce que ce sont des services publics dans lesquels il y a eu des coupes budgétaires de la part du gouvernement, a fait valoir la présidente de L’R en conclusion.

 

Partager cet article