La fonte des neiges ramènera les prospecteurs

Par Journal Haute Côte Nord 12:00 AM - 12 mai 2017
Temps de lecture :

Sept-Îles – Si le marché mondial des minéraux a ralenti l’ardeur des prospecteurs en 2016, l’année 2017 sera différente; la fonte des neiges les ramènera sur le terrain, assume le Forestvillois Jacques Tremblay, président de l’Association des prospecteurs de la Haute-Côte-Nord, qui regroupe une vingtaine de membres.

«Nous devrions les voir à nouveau faire des sorties terrain, puisqu’il y a une reprise de l’activité minière à la grandeur de la planète et une hausse du prix des métaux. Les experts nous indiquent que le premier signe de regain dans l’industrie minière c’est le retour des compagnies de forage au diamant sur le terrain et c’est le cas présentement pour le Québec», dit-il.

Les prospecteurs miniers de la Haute-Côte-Nord ont néanmoins pu continuer à participer en 2016 aux congrès Xplor et Québec Mines, encore avec l’appui de la SADC de la Haute-Côte-Nord et du tout nouveau Service de Développement économique de la MRC de la Haute-Côte-Nord. Ils ont continué, malgré le creux économique, à tisser des liens avec les compagnies juniors d’exploration et les intervenants gouvernementaux sur place.

Lors du congrès Québec Mines, les prospecteurs haut-nord-côtiers ont eu, à leur kiosque, la visite-surprise du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et responsable de la région Côte-Nord, Pierre Arcand.

Les prospecteurs ont profité de l’occasion pour lui faire part des outils qui manquent à la région de la Côte-Nord pour améliorer l’exploration des minéraux.

Parmi ces outils nécessaires, l’implantation d’une université sur la Côte-Nord, qui dispenserait la formation nécessaire au développement minier. Les prospecteurs de la Haute-Côte-Nord souhaitent également la nomination d’un géologue résident. La Côte-Nord, pourtant région minière par excellence, est la seule région- ressource du Québec à ne pas compter un géologue résident, déplore Jacques Tremblay.

Les travaux des prospecteurs haut-nord-côtiers portent principalement sur le nickel, le cuivre, le cobalt, le zinc, le fer, la silice et le titane. L’arrière-pays de Forestville abrite quantité de ces minéraux. Jacques Tremblay ne cache pas que la construction de chemins forestiers par les papetières contribue grandement à faciliter l’accès des prospecteurs à des territoires présumés receler des minéraux intéressants.

 

Jean-Guy Gougeon

 

Partager cet article