« Ce tracé, il ne fait notre affaire d’aucune façon » – Jack Picard

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 24 juin 2017
Temps de lecture :
Conseiller spécial au conseil des Innus de Pessamit, Jack Picard affirme que l’annonce d’Hydro-Québec concernant le tracé retenu est prématurée.

Conseiller spécial au conseil des Innus de Pessamit, Jack Picard affirme que l’annonce d’Hydro-Québec concernant le tracé retenu est prématurée.

Baie-Comeau – Le tracé retenu par Hydro-Québec pour la construction d’une nouvelle ligne de transport à 735 Kv entre la Côte-Nord et le Saguenay est loin de faire l’affaire du conseil des Innus de Pessamit, qui considère comme prématuré le récent dévoilement de ce tracé.

« Ce tracé, il ne fait notre affaire d’aucune façon », indique Jack Picard, conseiller spécial au conseil des Innus de Pessamit, en soutenant que des modifications devront y être apportées pour répondre aux attentes de la communauté.

« J’ai comme l’impression qu’Hydro-Québec a escamoté nos discussions au conseil de bande. Le fait qu’il y ait un tracé retenu, ce n’est pas le cas pour nous.

Les discussions sont à poursuivre », martèle M. Picard. Il considère que l’annonce récente reliée au tracé n’est ni plus ni moins que « de la fausse information ».

On se souviendra que le vendredi 2 juin, la société d’État a rendu public le tracé retenu pour relier le poste Micoua au poste Saguenay sur une distance de 260 kilomètres, dont 126 traversant les MRC de Manicouagan et de la Haute-Côte-Nord.

Ce tracé a été optimisé dans les secteurs du réservoir Pipmuacan et de la réserve de biodiversité projetée du brûlis du lac Frégate afin d’éviter des zones d’utilisation importantes pour les Innus et les villégiateurs. Il a aussi été question de la poursuite des discussions avec certaines personnes afin de réduire au minimum les impacts.

Nitassinan et caribous

La construction d’une nouvelle ligne de transport, qui s’ajoutera aux cinq déjà existantes dans le corridor Manic-Québec, aura des impacts pour les activités des Innus sur le nitassinan. « Il y a des Innus de Pessamit qui utilisent ce territoire-là », précise M. Picard.

Il y a aussi tout ce qui entoure le caribou forestier et le tracé de la future ligne qui inquiète la communauté. « La préoccupation majeure des Innus à l’égard du caribou forestier, ils n’en ont pas tenu compte », affirme le conseiller spécial, en insistant sur l’importance de conclure à un tracé qui soit à la satisfaction de tout un chacun. « Hydro-Québec va devoir faire ses devoirs », dit-il.

Le Manic a tenté d’obtenir une réaction de la porte-parole au dossier chez Hydro-Québec, Martine Lapierre, quelques heures avant de mettre sous presse, mais ce fut en vain.

 

Partager cet article