La récolte d’échantillons se poursuit

Par Jacqueline Richer 12:00 AM - 01 octobre 2017
Temps de lecture :
La conservation d’un couvert forestier fournit un habitat de qualité supérieure pour la faune, comparativement à des forêts dévastées par un insecte ravageur. Photo courtoisie

La conservation d’un couvert forestier fournit un habitat de qualité supérieure pour la faune, comparativement à des forêts dévastées par un insecte ravageur. Photo courtoisie

Forestville – La Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM) doit poursuivre, et ce malgré la chasse, la récolte d’échantillons dans les forêts de certaines régions du Québec dont la Côte-Nord.

Ces travaux de récolte d’échantillons doivent être complétés avant l’arrivée de l’hiver, et permettront de prédire les niveaux d’infestations pour la prochaine saison estivale. Ces informations sont essentielles à la préparation d’un programme de pulvérisation aérienne d’insecticide biologique pour l’année suivante.

Il est donc possible que les chasseurs croisent des employés de la SOPFIM sur ou près des territoires de chasse. La SOPFIM demande aux chasseurs d’être indulgents et prudents si cela se produisait.

Mandatée par le gouvernement du Québec, la SOPFIM affirme qu’elle déploie toute son énergie à réduire les impacts de la tordeuse des bougeons de l’épinette, pour le bénéfice des utilisateurs du milieu forestier, et contribue au maintien des activités socio-économiques.

Partager cet article