Gestes déplacés dans les gradins: la ligue tente de protéger « son intégrité »

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 19 Décembre 2017
Temps de lecture :

 

Quatre joueurs suspendus pour une période indéterminée. C’est la première décision du comité de discipline de la Ligue du Lac au Fleuve, suite à l’échauffourée qui a éclaté dans les estrades à la fin du match de vendredi dernier qui opposait le MGR Express de Jonquière aux Excavations A. Savard.

Après un second vingt pour le moins tumultueux, la rencontre a pris une tournure imprévue avec un peu plus d’une dizaine de minutes de jeu à faire au troisième vingt, les Nord-Côtiers menant 7 à 0. Plutôt que la victoire des Nord-Côtiers, c’est le « brasse-camarade » impliquant des joueurs de L’Express (patins aux pieds) et des spectateurs dans les gradins qui a fait la manchette du lendemain. C’est cette scène peu reluisante qui a semblé convaincre l’entraîneur des visiteurs Gino Gagnon (qui aurait démissionné par la suite), d’exiger de ses hommes de retraiter au vestiaire. Le match s’est alors terminé abruptement, Jonquière refusant de revenir au jeu.

La Ligue réagit

Rejoint lundi, Stéphan Gaudreault limitait ses commentaires sur l’incident. « On ne peut pas commenter. La ligue a publié un communiqué et on s’en tient à ça pour le moment » disait-il, peu enclin à parler au Journal. Le Gouverneur des Nord-Côtiers n’a toutefois pas caché que la sécurité avait été revue rapidement, notamment pour le match de dimanche qui opposait les « Orignaux » au Constructions Éclair. D’ailleurs durant cette partie, que les Excavations A. Savard ont perdue 5 à 2, nombreux étaient les spectateurs qui disaient qu’un tel événement ne se serait jamais produit si les joueurs concernés, déjà expulsés du match, étaient demeurés au vestiaire.

Pour sa part, Mathieu Caron qui était aux premières loges étant un des officiels en service, a tenu à protéger l’intégrité du circuit qu’il dirige. « Ce n’est pas le genre d’image que nous voulons promouvoir au sein de notre ligue. Des sanctions exemplaires seront imposées afin de démontrer que nous sommes une ligue sérieuse et pour rassurer les partenaires des équipes de la ligue », a-t-il écrit.

Il poursuivait en annonçant que Keven Charest des Nord-Côtiers (qui n’était pas de l’alignement, mais qui a participé à la mêlée) et trois joueurs de L’Express avaient été suspendus. Le communiqué donnait aussi une place à à la formation de Jonquière, « une équipe en restructuration » est-il noté. Ni Gino Gagnon, ni Bob Desjardins qui dirige Jonquière n’ont retourné les appels logés par le Journal qui souhaitait avoir leurs versions des faits.

Le comité de discipline de la ligue devait rapidement compléter ses travaux d’évaluation en faisant un retour sur « l’altercation dans les gradins », sur les mesures de sécurité et sur le refus de Jonquière de terminer le match. Le responsable des communications à la Sûreté du Québec, Jean Tremblay, confirme qu’aucune plainte n’avait été déposée à la Sûreté du Québec.

Par Jude Brousseau, collaboration spéciale

 

Partager cet article