En prévision du prochain budget du gouvernement, la région se mobilise pour le pont sur le Saguenay

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 31 janvier 2018
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Un nouveau comité régional de mobilisation mis sur pied pour mousser le dossier du pont sur le Saguenay mettra les bouchées doubles dans les prochaines semaines afin de s’assurer que le budget provincial 2018-2019 y accorde une attention particulière.

Formé récemment, ce regroupement se compose de représentants politiques et de la société civile de la Côte-Nord. Comme l’explique le préfet de la MRC de Manicouagan, Marcel Furlong, des discussions entre élus nord-côtiers, tenues en décembre lors d’une rencontre de la Fédération québécoise des municipalités, est à l’origine du comité.

« Les élus de la Côte-Nord, tous ensemble, on s’est dit on va prendre en main le dossier du pont (et du prolongement de la 138) pour mener ça au niveau politique », dit-il.

Avec un leadership assumé par les préfets, la région parlera d’une même voix pour réclamer des crédits destinés au projet de pont dans le prochain budget. D’une part, des fonds sont exigés pour la mise en place du bureau de projet promis par le premier ministre Philippe Couillard, et ce, avec l’assurance que la région y aura une place.

D’autre part, des crédits sont demandés pour amorcer la première étape de la révision de la dernière étude de faisabilité d’un pont sur le Saguenay, qui, on s’en souviendra, prévoyait un budget nécessaire de 1 G$ pour construire une infrastructure aux caractéristiques beaucoup trop pointues par rapport aux besoins de la région, comme un pont à quatre voies.

« Ce que la région dit, avec la Société du pont en tête, c’est qu’on pense qu’un tel projet peut se réaliser aux alentours de 500 M$ », souligne Karine Otis, directrice associée au développement à la corporation Innovation et développement Manicouagan, qui assume la coordination du comité. Mme Otis considère que, moyennant des déboursés d’environ 1 à 2 M$, le gouvernement pourrait lancer un appel d’offres pour solliciter des firmes à lui soumettre plans et devis préliminaires pour un pont à ce cout. « Ce qu’on souhaite, c’est que Québec s’engage à revoir le projet et à le réaliser s’il se chiffre autour de 500 M$ », affirme-t-elle.

La région et Québec
Composé notamment des maires de Sept-Îles et de Port-Cartier, de représentants de la Société du pont sur le Saguenay et du nouveau comité de citoyens pour l’avancement de la Côte-Nord ainsi que des porte-paroles de Pessamit, d’Essipit, de la FTQ et de la CSN, le nouveau comité lance une campagne de mobilisation pour rallier l’ensemble des élus de la Côte-Nord et de Charlevoix, les deux régions directement reliées par le service de traversiers.

« À court terme, on veut une rencontre avec le conseil municipal de Tadoussac et les représentants des employés de la Société des traversiers pour leur présenter notre position et écouter ce que représentent les enjeux, selon eux », reprend M. Furlong. En raison principalement des emplois associés à l’opération des traversiers, la petite municipalité s’est toujours montrée frileuse dans les démarches en vue de la construction d’un pont.

Partager cet article