Les organismes communautaires réclament près de 500 M$

Par Steeve Paradis 12:00 AM - 15 février 2018
Temps de lecture :
Des représentants d’organismes communautaires ont manifesté mercredi matin à Baie-Comeau pour exiger un meilleur financement. Photo Le Manic

Des représentants d’organismes communautaires ont manifesté mercredi matin à Baie-Comeau pour exiger un meilleur financement. Photo Le Manic

Baie-Comeau – Sous-financés depuis de nombreuses années, les organismes d’action communautaire du Québec réclament tout près d’un demi-milliard de dollars de réinvestissement dans ce secteur dès le prochain budget, le dernier de l’actuel gouvernement. Ils ont manifesté en ce sens un peu partout dans la province la semaine dernière, dont à Baie-Comeau.

« Le communautaire a toujours été le parent pauvre des organismes au Québec », a rappelé le porte-parole de la Table des groupes populaires de la Côte-Nord, Michel Savard, à propos de ce manque à gagner évalué à 475 M$, « qui est dû au désengagement de l’État dans les différents programmes sociaux, et tout rebondit dans la cour du communautaire ».

Pour M. Savard, le gouvernement ne se montre « même pas subtil » en appliquant des mesures d’austérité durant trois ans « avant de saupoudrer 54 M$ » en fin de mandat, comme le veut la logique électorale.

« Cinquante-quatre millions, ce sont des peanuts quand on regarde tous nos besoins, et on ne sait même pas si cet argent-là va encore disponible l’année prochaine », a lancé le porte-parole en ajoutant que les travailleurs de ce secteur d’activité « sont brûlés et en manque de ressources ».

Pas égaux

Et en matière d’action communautaire, tous les organismes ne sont pas égaux, a enchaîné M. Savard. « La défense des droits est un peu moins populaire quand vient le temps de sortir de l’argent (au gouvernement). Pourtant, c’est à travers ce volet-là qu’on peut faire de la transformation sociale et changer les choses. »

À Baie-Comeau, les organismes impliqués ont profité de l’occasion pour interpeller les gens qui passaient face au local du Regroupement des femmes de la Côte-Nord en leur demandant « à quoi ça sert le communautaire », question d’évaluer la perception du public à l’égard de leur travail.

Certains sont déjà sensibilisés car une pétition réclamant un meilleur financement de l’action communautaire autonome a recueilli près de 30 000 signatures. De plus, selon un sondage commandé par le monde communautaire, 83 % de la population appuie l’idée de ce financement bonifié.

Dans cette série d’actions prébudgétaires, des bancs de neige affublés de l’inscription On voit rouge sont aussi apparus à quelques endroits dans la région. D’autres gestes de visibilité auront lieu le 20 février.

Qu’en pense la CAQ?

Dans ce contexte préélectoral, Michel Savard aimerait bien connaître la position de la Coalition avenir Québec (CAQ), qui caracole en tête des sondages. Toutefois, pour l’instant, on n’a guère entendu la formation politique se prononcer sur cet enjeu.

« On n’a pas d’idée comment la CAQ perçoit le monde communautaire, comment il le financerait, mais j’ai comme l’impression qu’ils utiliseraient eux aussi le communautaire pour se désengager de leurs responsabilités sociales et je ne suis pas certain qu’ils mettraient la main au portefeuille pour contrer ce désengagement », a-t-il conclu.

Partager cet article