Prolongement de la route 138, pont et bureau de projet – L’harmonie règne malgré des visions différentes

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 28 février 2018
Temps de lecture :
Le préfet de la MRC de La Haute-Côte-Nord, Donald Perron, est revenu très satisfait de la rencontre tenue à Québec. Photo archives

Le préfet de la MRC de La Haute-Côte-Nord, Donald Perron, est revenu très satisfait de la rencontre tenue à Québec. Photo archives

Les Escoumins – Le préfet de la MRC de La Haute-Côte-Nord, Donald Perron, dresse un bilan positif à l’issue de la rencontre tenue le 12 février dernier à Québec, entre la Coalition Union 138, les préfets de la Côte-Nord, les députés Lorraine Richard, Martin Ouellet et les ministres Pierre Arcand et Véronyque Tremblay, concernant le projet de pont sur le Saguenay et le prolongement de la route 138.

Monsieur Perron a rappelé que le motif premier de cette rencontre, était en fait une requête officielle à l’intention des ministres, afin que les dossiers du pont et du prolongement de la route 138 cheminent en parallèle. « Ils ont accédé à notre demande, donc désormais ces deux dossiers avancent côte-à-côte, il n’y en a pas un qui prime sur l’autre, même si le projet du pont ne doit pas enfreindre ou empiéter sur le prolongement de la route 138 », confirme M. Perron.

Bureau de projet

Les ministres ont laissé entendre au groupe de représentants qu’une somme pour le bureau de projet serait allouée lors du dévoilement des crédits qui suivra le cinquième budget du gouvernement Couillard.

Bien que les experts qui seront éventuellement rattachés au futur bureau de projet puissent travailler virtuellement sur le dossier du pont sur le Saguenay, affirment Donald Perron et Charles Breton, maire de Tadoussac, « on souhaite que la permanence du bureau de projet soit située à Tadoussac ou à Sacré-Cœur », ajoute M. Perron.

Réaménagement de la route 138

Quant au projet de réaménagement de la route 138 à l’approche du quai à Tadoussac, Charles Breton croit qu’il est d’actualité et primordial, pont ou pas. « Si le projet de pont se réalise, ce ne sera pas demain. Et la question de sécurité est cruciale actuellement à Tadoussac. C’est inconcevable en 2018 que des familles soient confinées dans leur voiture pendant plusieurs minutes et parfois plus d’une heure, dans une file d’attente. On doit aménager un bassin de rétention pour placer ces gens-là en attente de façon sécuritaire ».

Le maire de Tadoussac confirme que son conseil municipal ne partage pas la même vision que les membres de Coalition Union 138 mais qu’il perçoit une bonne volonté et surtout un respect de l’instance envers sa localité et les citoyens. « J’ai assisté à la rencontre à Québec à titre d’observateur et surtout dans l’intérêt de Tadoussac. Si un pont devait être construit, il faudra qu’on tienne compte des 40 emplois que cela implique ».

Par voie de communiqué émis jeudi dernier, M. Breton a tenu à préciser la position de Tadoussac. Sans rejeter l’idée du pont du revers de la main, ce dernier mentionne : « On a choisi d’être davantage observateur qu’opposant afin de ne rien laisser au hasard et de s’assurer que Tadoussac ne sera pas exclu de la réflexion. En étant de simple opposant, il y avait un risque de ne pas être entendu. Déjà les gens du comité du pont sont plus sensibles à nos questionnements qui sont légitimes ». Enfin, Monsieur Breton se dit sensible à la réalité des travailleurs de la Société des traversiers du Québec et des retombées économiques qu’engendrent cette importante institution dans le milieu. Le préfet de la MRC de La Haute-Côte-Nord abonde dans le même sens que M. Breton. « Il y a eu une évolution et on sent que tous les maires de la région sont derrière Tadoussac et comprennent les enjeux. Nous travaillons pour la satisfaction de tous, y compris Tadoussac ».

Le maire de Tadoussac croit que dans un monde idéal, si un pont était construit, il serait favorable à ce qu’un service de traversier avec un navire soit toujours en fonction pour le tourisme et aussi à titre d’alternative au pont en cas de fermeture ou autre.

Partager cet article