Raphaël Picard entame une poursuite contre Pessamit

Par Steeve Paradis 12:00 AM - 18 avril 2018
Temps de lecture :
L’ex-chef de Pessamit Raphaël Picard, photographié ici en 2011, vient de répliquer avec une poursuite de 220 000 $ à l’endroit du Conseil des Innus, quatre de ses membres et leur avocat.

L’ex-chef de Pessamit Raphaël Picard, photographié ici en 2011, vient de répliquer avec une poursuite de 220 000 $ à l’endroit du Conseil des Innus, quatre de ses membres et leur avocat.

Baie-Comeau – Raphaël Picard, l’ex-chef de Pessamit, a récemment déposé une demande introductive contre le Conseil des Innus de Pessamit, son successeur René Simon, trois autres membres de la communauté et le procureur du conseil, Kenneth Gauthier, pour atteinte à la réputation, à la dignité, à la vie professionnelle et abus de droit. En incluant les dommages punitifs, la somme réclamée est de 220 000 $.

Cette demande est en quelque sorte la réplique de Raphaël Picard à une pareille demande déposée à son endroit par Pessamit il y a un an, dans laquelle sont aussi désignés le ministère des Affaires autochtones et du Développement du nord du Canada et la firme mandatée par Ottawa en 2008 pour cogérer la bande, Villeneuve Venne.

Il y est notamment allégué que M. Picard, chef de Pessamit de 2002 à 2012, aurait manqué de compétence dans le contrôle des finances de la bande, aurait commis des gestes de malversation, aurait réclamé des frais de déplacement alors qu’il était déjà remboursé par un tiers et aurait instauré un système occulte de ristournes sur les contrats attribués par la communauté.

L’ex-chef soutient que la requête de l’actuel conseil à son endroit contient des allégations « fausses, futiles, vexatoires et non fondées en fait en en droit ». Il indique en outre qu’il y a prescription dans cette affaire puisqu’elle aurait dû être introduite au plus tard trois ans après la fin de son mandat.

Préjudice

Raphaël Picard, représenté par la firme Neashish et Champoux de Wendake, déclare qu’il aurait entre autres subi un préjudice professionnel en raison de la poursuite contre lui, le recours judiciaire l’empêchant de poser sa candidature pour certains emplois et lui faisant ainsi perdre des occasions d’affaires, allègue-t-il.

Outre M. Simon et Me Gauthier, les autres défendeurs dans ce dossier sont Gérald Hervieux, Frank Hervieux et Jean-Marie Picard. Le premier a été adjoint et directeur général de la bande entre 2004 et 2010. À ce titre, il aurait dû connaître « les prétendus manquements » reprochés à M. Picard, soutient le texte de la poursuite. Gérald Hervieux a été élu conseiller en 2012.

Frank Hervieux est pour sa part secrétaire exécutif du Conseil des Innus depuis 2016. Quant à Jean-Marie Picard, dit Jack, conseiller spécial de Pessamit depuis 2012, il est le frère de l’ex-chef.

Partager cet article