Bilan de session: des moments forts, d’autres moins

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 05 juillet 2018
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Le mouvement citoyen qui a mené au dépôt d’une pétition de 20 000 signatures à l’Assemblée nationale en faveur d’un pont sur le Saguenay et du prolongement de la route 138 à l’est fait partie des moments forts du bilan de la dernière session parlementaire dressé par le député Martin Ouellet.

Fidèle à son habitude, le représentant de René-Lévesque a profité de la fin de la session pour faire le point sur les grands dossiers qui l’ont interpelé. « Ç’a été un moment fort parce que pendant des années, on a senti la Côte-Nord divisée sur ces enjeux-là », a-t-il indiqué, rappelant que le Parti québécois compte sur la mise en place du bureau de projet pour déterminer le type de pont à construire, à quel endroit et à quel coût.

De la Tournée Priorité PME qu’il vient de compléter en compagnie de deux collègues députés après un an et demi, il retire les conséquences souvent dramatiques des délais de paiement aux fournisseurs. Selon M. Ouellet, les sociétés d’État, le gouvernement et les grandes entreprises étirent les paiements à leurs fournisseurs parfois jusqu’à 60 jours, 90 jours et même 180 jours. Pour cette raison, des PME se retrouvent parfois en manque de liquidité et certaines doivent même fermer leurs portes.

Les contrats regroupés pour les achats de biens et services chez Hydro-Québec, dont l’ampleur empêche des sous-traitants de chez nous de soumissionner, font extrêmement mal, a dénoncé l’homme politique. « Les barrages sont chez nous, ce sont nos rivières qui ont été harnachées, ce sont nos terres qui ont été inondées. On s’attend à un minimum de retombées économiques chez nous », a-t-il martelé.

Le coût élevé des billets d’avion est un dossier qu’il a âprement défendu et qu’il continuera de défendre. Le Sommet sur le transport aérien de février, à Lévis, lui laisse un goût amer. Le monopole d’Air Canada continue d’exister. Au début de la semaine dernière, un billet d’avion aller-retour entre Baie-Comeau et Québec se détaillait 1 112 $, a-t-il mentionné.

Une bonne nouvelle

Le décret gouvernemental enfin accordé à la minière Mason Graphite demeure la bonne nouvelle économique des derniers mois dans la circonscription de René-Lévesque, a convenu M. Ouellet. L’arrivée prochaine de l’entreprise offre à Baie-Comeau un volet supplémentaire de diversification et positionne la région dans un domaine d’avenir, a-t-il précisé.

« Ce sont des opérateurs qui ont une véritable volonté d’avoir des retombées importantes dans la région. On a su à travers les branches que des entreprises locales ont été qualifiées pour les contrats qui allaient être donnés pour la mise en place de l’usine », s’est réjoui le député.

En revanche, la demande d’Hydro-Québec pour un tarif dissuasif aux promoteurs du secteur des chaînes de blocs lui fait craindre le pire pour les entreprises intéressées par la région. « Est-ce que c’est la fin ou la non-venue de ces entreprises-là dans la Manicouagan? », a laissé tomber l’élu, tout en rappelant que le minage de cryptomonnaie n’est qu’une infime partie des possibilités de la technologie.

Selon lui, avec un tarif à 15 cents du kilowattheure, alors que le tarif LG pour les grands consommateurs est actuellement à 3,43 cents, la région et tout le Québec risquent de rater une fenêtre d’opportunité pour leur développement.

Partager cet article