Élections provinciales – André Desrosiers retente sa chance avec la Coalition Avenir Québec

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 01 septembre 2018
Temps de lecture :
M. Desrosiers est actif en politique municipale depuis une quinzaine d’années. Il est devenu maire des Escoumins en 2013 après avoir été conseiller municipal pendant une décennie. Photo archives Journal Haute-Côte-Nord

M. Desrosiers est actif en politique municipale depuis une quinzaine d’années. Il est devenu maire des Escoumins en 2013 après avoir été conseiller municipal pendant une décennie. Photo archives Journal Haute-Côte-Nord

Les Escoumins – Le maire des Escoumins André Desrosiers portera les couleurs de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans la circonscription de René-Lévesque en vue des élections générales du 1er octobre prochain. C’est une deuxième tentative pour l’officier de la Garde côtière canadienne, qui s’était présenté sous la bannière adéquiste lors des élections de 2007.

« Je veux que ça change dans la région. Nous n’avons pas d’écoute. Un député au pouvoir ça peut être un plus pour la région », dit celui qui a été approché par l’organisation de la CAQ il y a quelques mois.

Au premier jour de la campagne électorale (jeudi dernier), un sondage tout chaud réalisé par la firme Ipsos indiquait une remontée de la CAQ à 36 % et un recul à 29 % pour le Parti libéral, portant ainsi à sept points l’avance de la CAQ. Des prédictions qui réjouissent le candidat Desrosiers, voyant là un motif supplémentaire pour se lancer, « puisqu’on a de bonnes chances de former le prochain gouvernement », dit-t-il.

Priorités
Les dossiers économiques préoccupent André Desrosiers, notamment au niveau de la 2e et 3e transformation des richesses minières et forestières de la Côte-Nord.

« Nous pourrions créer des produits à même l’aluminium à partir de Baie-Comeau, conséquemment, des blocs électriques pourraient être mis à la disposition de ces usines-là afin de créer de la richesse dans notre milieu ». L’exode des jeunes est une problématique à laquelle entend s’attaquer André Desrosiers s’il est élu le 1er octobre prochain. « Les jeunes s’en vont et les petites entreprises vivent une pénurie de main d’œuvre en période estivale. C’est néfaste pour l’économie et ça envoie un mauvais message aux touristes», ajoute-t-il.

Bureau de projet
Se rapportant au programme de son Parti qui est en faveur du désenclavement de la Côte-Nord et du prolongement de la route 138 jusqu’à Blanc-Sablon, le candidat caquiste dans René-Lévesque soutient le bureau de projet concernant l’étude des coûts d’un pont sur le Saguenay. « Il faut savoir avant combien ça va réellement coûter », précise-t-il.

Invité à distinguer la CAQ du Parti libéral, André Desrosiers estime que la CAQ est un parti de région alors que le PLQ est un parti centralisateur qui favorise les grands centres. « On l’a constaté lorsque le gouvernement libéral a injecté 250 M$ dans l’industrie du taxi pour pallier à l’arrivée d’Uber. Quand nos forestiers ont hypothéqué leurs biens pour survivre à la crise forestière, le gouvernement n’a rien fait. Si nous avions été sur l’île de Montréal, cela aurait été bien différent… ».

Natif des Escoumins et père de trois enfants, André Desrosiers est officier en Services de communications et trafic maritimes au sein de la Garde côtière canadienne depuis 30 ans.

Partager cet article