L’unité d’hémodialyse accueille ses premiers patients à Baie-Comeau

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 21 novembre 2018
Temps de lecture :

L’unité satellite d’hémodialyse de l’Hôpital Le Royer accueille ses trois premiers patients depuis lundi. Photo Le Manic

Baie-Comeau – Quatorze mois après l’annonce de la création d’une unité satellite d’hémodialyse à l’Hôpital Le Royer à Baie-Comeau, le nouveau service a accueilli ses trois premiers patients le lundi 19 novembre.

Mercredi matin, c’était jour d’inauguration de cette unité comptant quatre stations d’hémodialyse pouvant accueillir jusqu’à 16 patients par semaine. Aménagée au coût de 1 454 000 $, elle dessert le territoire de la Manicouagan et la Haute-Côte-Nord, en évitant aux personnes atteintes d’une maladie rénale à un stade très avancé de longs déplacements vers les hôpitaux de Québec et de Chicoutimi pour recevoir leurs traitements.

« C’est un service essentiel », a admis le président-directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, Marc Fortin, bien heureux d’annoncer « enfin une bonne nouvelle ».

Le budget de fonctionnement annuel du service se situe à 780 000 $. Le ministère de la Santé et des Services sociaux en assume « entre 80 et 90 % » et le CISSS comble la différence.

Davantage de patients

Le nombre de patients traités en hémodialyse à Baie-Comeau pourrait augmenter si ceux qui ont fait le choix de quitter la région pour se rapprocher de leur lieu de traitement reviennent.

De plus, une quinzaine de personnes du territoire qui en sont aujourd’hui au stade 4 de leur maladie risquent aussi de devoir recevoir des services d’hémodialyse dans les prochaines années.

En milieu hospitalier, les malades doivent recevoir trois traitements par semaine, chacun d’une durée de quatre à cinq heures.

On se souviendra que le député de la circonscription de René-Lévesque, Martin Ouellet, s’est grandement démené au cours de son premier mandat pour que le service d’hémodialyse soit offert à Baie-Comeau. Ses démarches, il les a faites avec la collaboration d’Hélène Brochu, du Centre d’action bénévole Le Nordest de Forestville.

D’autres détails dans notre édition papier.

Avec Charlotte Paquet

Partager cet article