Les dommages estimés à 400 000 $ – Sinistre majeur au CFP de Forestville

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 16 janvier 2019
Temps de lecture :
L’entrepreneur général Stéphane Ouellet travaille 7 jours sur 7 depuis le sinistre pour que les travaux soient complétés le plus tôt possible. Photo Journal Haute-Côte-Nord

L’entrepreneur général Stéphane Ouellet travaille 7 jours sur 7 depuis le sinistre pour que les travaux soient complétés le plus tôt possible. Photo Journal Haute-Côte-Nord

Forestville – Les locaux du Centre de formation professionnelle de Forestville ont subi des dommages importants pendant le congé des Fêtes, alors qu’un dégât d’eau a endommagé le sol, les murs et l’ameublement de l’établissement en plus de forcer la relocalisation de trois classes d’enseignement général et professionnel.

Le 29 décembre à 9 h 30, le directeur général du CFP de Forestville Michel Savard, était loin de se douter de l’ampleur des dégâts lorsqu’il a mis les pieds dans les locaux du centre, inondés d’eau à 5 pouces du sol. « C’est une trappe sur le toit qui a ouvert accidentellement et les tuyaux ont gelé », explique-t-il.

Ce dernier a fait appel au Service incendie de Forestville qui en quelques heures, a réussi à évacuer l’eau infiltrée sur plusieurs mètres carrés. « Les pompiers ont accompli un travail remarquable et nous tenons à le souligner », tient à mentionner M. Savard.

Également mandataire GUS, l’entrepreneur général Stéphane Ouellet a ensuite pris le relais des pompiers avec son équipe. « Dans un cas comme celui-ci, c’est le protocole New York qui s’applique, précise le directeur général du CPF. Ce qui signifie que selon l’ampleur des dégâts à partir du sol, les murs sont refaits à 12 pouces ou 24 pouces ».

Outre les employés et enseignants confondus, c’est quinzaine de membres du personnel du CFP qui a été touché par le sinistre. Parmi la clientèle, environ 40 étudiants de la formation générale aux adultes, du cours secrétariat-comptabilité et du cours aide à domicile ont trouvé refuge dans des locaux vacants de la polyvalente des Rivières. « C’est vraiment le local du cours d’aide à domicile qui a été le plus touché et pour lequel la logistique a été plus compliquée en raison des deux salles de bain nécessaires aux cours pratiques », ajoute M. Savard.

Le directeur général de la Commission scolaire de l’Estuaire Alain Ouellet, confirme que les établissements de son organisation doivent être mis à niveau notamment en ce qui concerne la plomberie. « On en a fait beaucoup au cours des dernières années et nous sommes rendus là. À chaque année nous avons des incidents du genre. L’an dernier l’école Bois-du-Nord et la polyvalente des Baies ont subi des dommages importants ».

L’entrepreneur général Stéphane Ouellet et six employés à temps plein effectuent les travaux qui devraient être complétés vers la mi-février.

Ameublement inclus, le coût de ce dégât est estimé à 400 000 $. « Mais on ne saura pas les coûts exacts tant que tous les travaux ne seront pas terminés » conclut Alain Ouellet.

Partager cet article