Les préfets exigent la clause de sous-traitance régionale

Par Shirley Kennedy 12:00 AM - 02 février 2019
Temps de lecture :
Photo archives Journal Haute-Côte-Nord

Photo archives Journal Haute-Côte-Nord

Forestville – Les préfets de La Haute-Côte-Nord et de Manicouagan font front commun auprès d’Hydro-Québec, dans le cadre de l’attribution des contrats en lien avec le projet de la ligne de transport de 735kV reliant le poste de Micoua jusqu’au Saguenay.

Dans une communication écrite acheminée à Hydro-Québec et cosignée des deux préfets concernés, Micheline Anctil et Marcel Furlong demandent à la Société d’État de maximiser les retombées économiques régionales du projet de construction de la ligne électrique Micoua-Saguenay.

Pour ce faire, les préfets réclament d’Hydro-Québec, l’inclusion de la clause de sous-traitance régionale, « une pratique reconnue et appliquée par la Société, notamment au projet de La Romaine et plus récemment dans son tout dernier projet de construction de ligne au Saguenay », précise Micheline Anctil. On sait que le maître-d’œuvre du projet de la ligne Micoua-Saguenay devra réserver un pourcentage de son contrat à des sous-contractants régionaux.

Ceci peut se traduire par des biens et services, dont la location de machinerie par exemple. « Nous demandons que les sous- contractants de la Côte-Nord soient priorisés, dans la perspective bien sûr qu’ils aient la main-d’œuvre et l’expertise requises », a précisé Mme Anctil.

Production d’un mémoire

En séance du conseil des maires tenue la semaine dernière, les élus de la Haute-Côte-Nord ont résolu de répondre à l’invitation du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et de prendre position sur le projet par l’entremise d’un mémoire. Celui-ci sera déposé dans le cadre de la seconde partie des audiences publiques prévue en février prochain.

La préfète de la Haute-Côte-Nord Micheline Anctil et le préfet de Manicouagan Marcel Furlong, demandent à Hydro-Québec de faire en sorte que les entreprises locales et régionales soient favorisées dans l’octroi des contrats pour lesquels ils se qualifient au niveau de la main-d’œuvre et de l’expertise.

Partager cet article