Patrick Dubois, le quêteux conteur

Par Karianne Nepton-Philippe
Patrick Dubois, le quêteux conteur
Le sous-sol de Nancy Lamontagne où quelque 50 personnes se sont rassemblées pour écouter le conteur Patrick Dubois. (Photo : Journal Haute-Côte-Nord)

Sacré-Cœur – Le jeune conteur Patrick Dubois s’est arrêté le vendredi 10 mai dernier chez Nancy Lamontagne de Sacré-Cœur, dans le but de proposer à son hôtesse et ses invités, une soirée de contes bien spéciale faisant partie de la Tournée de quêteux. Une soirée qui s’est avérée une réussite alors que 47 adultes et enfants ont écouté les histoires du conteur.

C’est le 1er mai que Patrick Dubois, originaire de Québec, a quitté sa Gaspésie d’adoption pour parcourir les routes du Québec dans le cadre de sa Tournée de quêteux, selon le concept traditionnel du passant qui en échange du gîte et du couvert, partage des contes et légendes avec ses hôtes.

Après avoir complété le tour de la Gaspésie, il s’est arrêté à Baie-Comeau, Tadoussac et Sacré-Cœur avant de poursuivre vers le Saguenay, le tout en auto-stop. « C’est certain que je me déplace d’une ville à l’autre en dépendant vraiment du monde et de la confiance qu’on va avoir en moi et que moi j’aurai en eux », explique le conteur. « Mais ça crée de belles rencontres à chaque endroit où je m’arrête, ça met du piquant dans ma journée et c’est ça la beauté de la chose ».

Les expériences du quêteux

C’est la troisième année que Patrick Dubois se lance dans une telle tournée. « J’ai déjà fait ça à Québec et Montréal, mais de faire une aussi longue route, c’est la première fois », explique le conteur qui adore l’expérience et qui pense déjà à refaire la tournée l’an prochain. Lorsqu’il ne s’arrête pas chez les gens, le conteur retourne chez lui, à Carleton-sur-Mer, et continue tout de même d’offrir ses contes à qui veut l’entendre. C’est d’ailleurs là que Nancy Lamontagne l’a connu. « J’ai un spectacle chaque été chez moi, depuis environ sept ans, à Carleton-sur-Mer. On fait des soirées autour d’un feu. Nancy et son chum ont goûté à ça et ils ont vu qu’il y avait la possibilité de ramener ça chez eux », conclut le conteur.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des