Une fresque grandiose pour Le projet Tranche de vie

Par Karianne Nepton-Philippe
Une fresque grandiose pour Le projet <i>Tranche de vie</i>
Tous les groupes et organismes ont été invités au dévoilement de cette œuvre dont la démarche et la création furent orchestrées par l’artiste multidisciplinaire Rose-Marie Gallant. (Photo : Journal Haute-Côte-Nord )

Les Escoumins – Le 20 mai dernier, l’artiste Rose-Marie Gallant en collaboration avec la Maison de la Famille de Longue-Rive, a procédé au grand dévoilement de la fresque du projet . Une belle grande structure affichant quatre murs remplis de réalisations artistiques individuelles en provenance de partout sur en Haute-Côte-Nord.

Depuis le mois de septembre 2018, des citoyens, des organismes et différents groupes, de Sacré-Cœur à Colombier, ont participé a des ateliers de laine feutrée avec l’artiste Rose-Marie Gallant. L’œuvre collective finale est composée de 176 échantillons de laine feutrée qui ont été assemblés à la toute fin par l’artiste. Chaque échantillon est représentatif et significatif de la personne qui l’a réalisé. Notons que les participants de ce projet collectif sont âgés entre 8 et 86 ans et qu’ils ont chacun créé un carré de laine feutrée d’environ 8×8 pouces et cela, en moyenne, en seulement deux heures. Plusieurs matières ont été utilisées pour la création de Tranche de vie, soit de la fibre cardée, de mohair/mouton, d’alpaga ou de la fibre avec soie, des morceaux de tissu et des bouts de laine.

La collectivité au cœur du projet

Ce projet de médiation culturelle a duré neuf mois et coûté environ 10 000 $ à réaliser. Une portion de 75 % de cet investissement provient de l’entente de développement culturel de la MRC de La Haute-Côte-Nord tandis que la balance provient du milieu, que ce soit de la Caisse Desjardins du Centre de la HCN, les municipalités ou la Maison de la Famille de Longue-Rive. Non seulement ce projet a rassemblé les différents acteurs du milieu pour y créer de l’art, mais la démarche artistique s’inscrit dans un but précis de rassemblement et de collectivité. « Rendre l’art accessible à tous, transmettre le savoir-faire et créer des œuvres significatives », voici l’objectif de l’artiste Rose-Marie Gallant. « De Colombier à Sacré-Cœur, incluant la communauté Essipit, je suis allée à la rencontre des gens intéressés à participer à ce projet en leur demandant de personnifier ce qui les distingue ou ce qui caractérise leur localité », explique l’artiste multidisciplinaire. L’œuvre est présentement exposée à la bibliothèque de Forestville jusqu’au 4 juin prochain. Ensuite, il sera possible de la voir à l’école St-Cœur-de-Marie de Colombier et finalement, à partir du 20 juin, elle sera exposée au Centre culturel Manakashun d’Essipit.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des