Le Centre d’interprétation des mammifères marins: une collection unique au Canada

Photo de Shirley Kennedy
Par Shirley Kennedy
Le Centre d’interprétation des mammifères marins: une collection unique au Canada
La collection de squelettes du Centre d'interprétation des mammifères marins est unique au Canada. (Photo : GREMM_Patrick )

Trois nouveaux squelettes viendront bonifier l’exposition permanente du Centre d’interprétation des mammifères marins (CIMM) de Tadoussac d’ici 2020. Un rorqual à bosse juvénile, un rorqual commun récupéré au large des Bergeronnes en 2008 et Piper, une baleine noire de l’Atlantique nord, rapportée de Gaspésie il y a trois ans.

Les ossements de ces trois cétacés visiteurs du Saint-Laurent, viendront compléter la collection unique de squelettes exposés et entiers du CIMM considérée comme la plus immpressionnante au Canada.

Soucieuse d’innover et de surprendre les visiteurs, l’équipe du CIMM n’est pas à cours d’idées. « Le rorqual à bosse sera placé à la verticale tel qu’il se positionne avant de plonger », raconte Patrice Corbeil, directeur du CIMM.

Pour supporter le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) dans sa mission et lui permettre d’agrandir son centre, le député d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia Rémi Massé était à Tadoussac le 27 juin, pour annoncer une contribution financière de plus de 730 000 $ du gouvernement fédéral.

Ainsi, le GREMM recevra une contribution non remboursable de 361 967 $ de Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC) tandis que Patrimoine canadien, consent une aide de 368 743 $.

« Lorsque nous avons été élus en 2015, nous nous étions engagés à investir dans les infrastructures. Alors par cet appui, le gouvernement du Canada réitère son engagement à promouvoir les régions touristiques du Québec », a dit le représentant de DEC, Rémi Massé.

Outre l’ajout d’artéfacts de grande valeur, l’agrandissement et la rénovation de la salle d’exposition, l’aide du fédéral permettra le remplacement de certains panneaux d’interprétation par des applications numériques interactives.

Expertise et passion

Le directeur du CIMM Patrice Corbeil s’est remémoré les débuts laborieux de ce qui allait être le CIMM, alors que la première exposition sur les baleines fut montée dans l’atelier inutilisé de la cale sèche. « C’était en 1989, et ensuite en 1990 nous avons appris que nous aurions une aide financière afin de créer ce centre-là, notre premier million. Moi et le président-fondateur Robert Michaud on s’est dit: et si on nettoyait une baleine pour exposer ? »

Aujourd’hui de réputation internationale, le Centre d’interprétation des mammifères marins reçoit en moyenne 30 000 visisteurs par an dont 40 % provient de l’Europe.

L’inauguration de l’exposition bonifiée est prévue pour 2020, alors que le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) soulignera son 35e anniversaire. Visionnaire et toujours aussi passionné, Patrice Corbeil aspire à utiliser la réalité augmentée dans le futur.  La réalité augmentée est la superposition de la réalité et d’éléments calculés par un système informatique en temps réel. « À la prochaine annonce peut-être », a-t-il dit narquois.

Sur place au moment de l’annonce, le directeur de Tourisme Côte-Nord, Mario Leblanc, a aussi annoncé une contribution de 50 000 $ pour participer au financement de l’agrandissement.

 

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des