« Moins d’attente » cet été à la traverse de Tadoussac?

Par ixmedia 12:00 PM - 05 septembre 2019
Temps de lecture :
Bien qu’aucun bilan ne soit encore dévoilé, la Société des traversiers du Québec anticipe une diminution de l’attente à Tadoussac-Baie-Ste-Catherine.

Bien qu’aucun bilan ne soit encore dévoilé, la Société des traversiers du Québec anticipe une diminution de l’attente à Tadoussac-Baie-Ste-Catherine.

Les premières observations de la Société des traversiers du Québec (STQ) à la traverse Tadoussac-Baie-Sainte-Catherine la portent à croire qu’il y a eu « moins d’attente» cet été à la traverse qu’en 2018 en raison des nouveaux traversiers.

Olivier Roy Martin

En service simultanément depuis janvier, les deux nouveaux navires de la STQ, l’Armand-Imbault II et le Jos-Deschênes II, ont fait face pour la première fois à l’afflux estival de véhicules à Tadoussac et à Baie-Sainte-Catherine.

Avec deux traversiers, plutôt que trois comme c’était le cas auparavant, la société d’État compte toujours réduire le temps d’attente des automobilistes.

« L’objectif, c’est de réduire considérablement l’attente dans les moments critiques, comme les longues fins de semaine et les semaines de la construction », rappelle le conseiller en communication à la STQ, Alexandre Lavoie. « De façon totalement qualitative et subjective, oui on a constaté sur le terrain qu’il y a moins d’attente, moins de problèmes opérationnels, surtout dans les moments où habituellement, il y en a beaucoup ».

Bilan à venir

Ces observations pourront être comparées à une analyse statistique de la STQ menée pendant la période estivale sur l’achalandage à la traverse. Le bilan de ces données recueillies entre juin et septembre sera dévoilé cet automne.

« Les chiffres ne seront pas disponibles demain matin. On attendait au moins après la fête du Travail [pour compléter la cueillette de données]. Officiellement, c’était le moment où l’on arrêtait les trois navires dans le passé», souligne Alexandre Lavoie.

La Société du pont sur le Saguenay mène son enquête

Le président de la Société du pont sur le Saguenay, Marc Gilbert, affirme que ses membres ont effectué cet été bénévolement « plusieurs tests » pour mesurer la rapidité des traversées avec deux navires.

« De façon qualitative et subjective, oui on a constaté sur le terrain qu’il y a moins d’attente, moins de problèmes opérationnels » – Alexandre Lavoie, Société des traversiers du Québec

Bien que l’organisme ne soit pas encore prêt à fournir le rapport de ses observations, le militant n’hésite pas à démentir les estimations de la STQ. Selon Marc Gilbert, le service avec trois navires était plus efficace parce que les véhicules montaient à bord à une fréquence plus élevée.

« Les chiffres ne sont pas encore finaux, mais nous autres, on calcule qu’il y a une baisse d’efficacité d’environ 20% [par rapport à trois navires] ».

Monsieur Gilbert ajoute que les calculs pourraient avoir été biaisés si moins de touristes ont emprunté la traverse pour se rendre dans la région cet été en raison des problèmes de traversiers sur la Côte-Nord. « Il y a eu quand même pas mal de mauvaises publicités et des gens ont peut-être décidé de ne pas venir sur la Côte-Nord [à cause] du bateau de Matane qui n’est pas fiable et du bateau de Forestville qui est fermé depuis le mois d’août. Ça fait qu’il y a eu moins de monde », croit Marc Gilbert.

Selon lui, les données aussi doivent être analysées en fonction des personnes qui choisissent de passer par le Saguenay pour éviter l’attente à la traverse. « Si la STQ veut prouver ce qu’elle avance, ce n’est pas tout de dire que l’attente est moins longue, il faut dire combien de bateaux et d’automobiles ont traversé cette année », conclut-il.

Partager cet article