Une réforme de la gouvernance scolaire « méprisante et irrespectueuse »

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Une réforme de la gouvernance scolaire « méprisante et irrespectueuse »
Ginette Côté (au centre) avec à sa gauche le directeur général Alain Ouellet et quelques commissaires. À droite, on retrouve la future directrice générale de l’organisme, Nadine Desrosiers.

Les visages étaient longs mardi matin au siège social de la Commission scolaire de l’Estuaire, où la présidente, le directeur général et quelques commissaires voulaient partager leurs émotions face à l’adoption, sous bâillon, du projet de loi 40.

Retenant difficilement ses larmes, la présidente Ginette Côté a évoqué « un jour triste pour moi, mais aussi pour l’ensemble des personnes qui croient en la démocratie puisqu’avec le bâillon imposé (…), c’est tout un pan des droits des Québécois qui a été bafoué ».

Comme elle l’a déjà fait savoir, Mme Côté a répété qu’à ses yeux, le projet de loi a pour objectif clair « d’éliminer un contre-pouvoir régional en orchestrant une centralisation des pouvoirs à Québec », ajoutant que « ce sont ainsi des milliers de citoyennes et de citoyens qui se retrouvent bâillonnés ».

La présidente sortante a aussi soutenu que le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge et l’ensemble du gouvernement Legault « ont fait preuve d’une attitude méprisante et irrespectueuse en montrant cavalièrement la sortie à des hommes et des femmes qui se sont dévoués avec passion à la cause de l’éducation ».

Ginette Côté dit aussi craindre pour l’avenir des écoles de village, que la commission scolaire a décidé de maintenir en vie même si elles ne répondaient pas nécessairement aux critères. « Avec les pouvoirs que se donne le ministre, je ne peux pas m’empêcher d’avoir des inquiétudes », a-t-elle fait valoir.

Cette dernière ne porte visiblement pas le ministre Roberge dans son cœur, elle qui a fait carrière durant 33 ans dans ce milieu. « J’en ai connu des ministres de l’Éducation, mais c’est le pire que j’ai rencontré », a-t-elle lâché, ajoutant qu’il a « besoin d’être plus humain ».

Autres textes à venir

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des