Tadoussac coupe la poire en deux

Photo de Shirley Kennedy
Par Shirley Kennedy
Tadoussac coupe la poire en deux
Le projet de budget déposé hier devrait être adopté à la majorité jeudi prochain.

conseil municipal de Tadoussac a revu sa proposition de calcul de la taxe événementielle. Présentée le 5 février en assemblée extraordinaire, la seconde proposition a été reçue avec soulagement par la majorité des quelque 30 personnes sur place.

Le 27 janvier, la première tentative d’adoption du budget et de la fameuse taxe, avaient soulevé l’ire de cinq commerçants présents à la séance, tentant de revenir au statu quo. Bien qu’ils n’aient pas réussi à obtenir gain de cause, ils sont tout de même parvenus à freiner le processus.

À titre d’exemple, le tarif imposé à la chaise/unité dans les restaurants, bars et cafés,est passé de 19 $ (première proposition) à 10 $.

L’Hôtel Tadoussac s’est également vu écarté de la menace d’une taxe événementielle haussée à 20 000 $ (+ 7 000 $) en échange d’une facture d’un peu plus de 16 000 $, dont 350 $ pour la boutique, 12 665 $ pour les chambres à 85 $ l’unité et 3 720 $ pour les restaurants et le bar à 10 $ la chaise/unité.

« Les corrections ont peut-être été un peu raides, a convenu le maire de Tadoussac Charles Breton, lors de la séance extraordinaire tenue mercredi. Mais on a fait ce travail pour arriver à quelque chose de plus équitable, selon les règles du bon savoir vivre. »

L’élu convient que certaines données préliminaires qui ont servi au calcul peuvent différer et que cette nouvelle méthode risque fort de créer des cas particuliers qui seront évalués au fur et à mesure qu’ils se présenteront. Il a cependant assuré qu’avant facturation, les informations seront vérifiées rigoureusement.

Les infrastructures telles que les hangars ou garages demeureront taxées sur l’évaluation foncière selon l’ancienne méthode.

Au total, 47 commerces subiront une hausse comparativement à l’ancien calcul tandis que 35 profiteront d’une baisse.

« Merci d’avoir révisé, nous sommes contents que l’augmentation soit plus raisonnable et graduelle », a dit Marilyne Gagné de la Microbrasserie Tadoussac.

Équité pour tous

Madame Gagné a également interpellé le conseil municipal concernant des entreprises qui font des affaires dans la localité, mais qui ne possèdent pas d’immeubles ou établissements, se retrouvant donc écartées de la taxe événementielle.

Une question qui a fait son effet auprès des élus, faisant dire au maire Breton qu’il serait opportun qu’un comité consultatif soit formé précisément pour faire des recommandations au conseil municipal sur diverses situations touchant les entreprises concernées, et le fonds auquel elles souscrivent par le biais de cette taxe. « Il fonctionnerait de la même manière que le comité d’urbanisme », a-t-il précisé.

Un processus consultatif qui aurait dû être fait avant de mettre en application la nouvelle méthode de calcul, estime la conseillère Mireille Pineault, qui s’opposera à l’adoption du budget lors de la séance de jeudi prochain.

« On fait ça à l’envers et n’importe comment. Il aurait fallu consulter avant », a-t-elle indiqué au Journal.

Subventionner pour stimuler l’économie locale

Le fonds événements et développement bénéficie bon an mal an, d’un budget d’environ 105 000 $, dont 10 000 $ sont issus de revenus générés par le quai de Tadoussac.

En 2020, une somme de 64 000 $ sera accordée au Festival de la Chanson dans le cadre de ce fonds. L’observatoire des oiseaux de Tadoussac obtiendra un montant de 14 500 $, la fête Nationale 8 500 $, ainsi que le nouvel événement prévu à l’automne, Béluga trail. Une somme de 2 500 $ a été consentie respectivement au Happening de peinture et à l’activité Partons la mer est belle, tandis que le projet Biblioplage recevra 3 000 $. Une somme de 1 500 $ est octroyée à La grande Marée Danse. Charles Breton a rappelé que pour chaque dollar investi dans ce fonds, 10 $ sont générés dans l’économie du village.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des