La charge mentale démystifiée

Photo de Johannie Gaudreault
Par Johannie Gaudreault
La charge mentale démystifiée

Le Centre des femmes de Forestville soulignera la Journée internationale des droits des femmes du 8 mars avec un souper-conférence, dont l’invitée d’honneur sera l’auteure et blogueuse Maude Goyer.

L’événement se tiendra à la salle des congrès du restaurant le Danube bleu le vendredi 6 mars sous le thème Féministes de toutes nos forces.

Maude Goyer profitera de l’occasion pour s’exprimer sur plusieurs enjeux, dont la charge mentale vécue par les femmes.

« Nous avons pensé à Maude Goyer puisqu’elle cadre bien dans la notion de travail invisible que nous tentons de dénoncer. Le choix de la conférencière est donc dans la continuité du sujet de la charge mentale lié étroitement à ce travail invisible », affirme Sylvie O’Connor, intervenante communautaire au Centre des femmes de Forestville.

Auteure du livre Maman est partie chercher du lait, Mme Goyer est diplômée en journalisme et détentrice d’un MBA.

Elle est pigiste pour diverses publications dont La Presse, Véro, Coup de pouce et Clin d’oeil. Ses sujets de prédilection sont la famille, les enfants, la parentalité et la maternité.

Depuis 10 ans, elle s’exprime sur ses enjeux via le blogue Maman 24/7 et ses réseaux sociaux en plus de réaliser des chroniques à la radio et à la télévision.

C’est en octobre 2019 qu’elle a publié son premier roman, Maman est partie chercher du lait, aux éditions de l’Homme, dont le thème central est la charge mentale.

Thématique

Chaque année, au Québec, le Collectif 8 mars propose un thème et un visuel pour souligner la Journée internationale des droits des femmes.

« Les mains et le geste de la victoire sont utilisés comme acte symbolique qui connecte nos luttes », mentionne Mme O’Connor.

Ce visuel se rapporte à la notion de partage, à une libération qui peut s’accomplir seulement de façon plurielle et collectivement.

« L’affiche célèbre l’aspect international et intersectionnel de nos expériences en cette année d’action de la Marche mondiale des femmes le 17 octobre prochain », ajoute l’intervenante.

Pour les intéressés, une réservation est nécessaire pour participer au souper-conférence et ce, avant le 24 février.

Les coûts sont fixés à 20 $ pour les membres et à 25 $ pour les non-membres. « Nous espérons une salle comble », de conclure Sylvie O’Connor.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des