Un fonds pour aider les agriculteurs de la Côte-Nord

Par Shirley Kennedy 4:48 PM - 03 mars 2020
Temps de lecture :

L’UPA Côte-Nord vient de créer un fonds de développement régional afin d’appuyer les entreprises agricoles dans leurs projets de démarrage, de développement ou de consolidation.

Stimuler et consolider le secteur agricole nord-côtier, tel est le mandat que s’est donné l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Côte-Nord.  En guise de premiers pas dans cette direction, l’organisation vient de créer un fonds de développement régional afin d’appuyer les entreprises agricoles de la région.

« Nous voulons encourager les producteurs et productrices agricoles à investir dans leur entreprise et ainsi favoriser leur développement; c’est essentiel pour assurer le dynamisme de la région », commente le président Yves Laurencelle.

Bien que modeste, concède-t-il, l’enveloppe de 15 000 $ permettra tout de même de donner un sérieux coup de pouce aux producteurs qui souscriront aux deux appels de projets, soit du 1er mars au 1er mai et du 1er juillet au 1er octobre.

« Par le biais de ces deux phases, l’appel de projet permettra aux producteurs de se lancer lorsqu’ils seront prêts, toujours en fonction des différents programmes du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) qui sont échelonnés sur douze mois », précise-t-il.

Les appuis financiers plafonneront à 3 000 $ par candidature et les projets choisis devront répondre aux critères établis et au taux de faisabilité.

Rappelons qu’en 2019, lors de son passage aux Serres de Colombier, le président de l’UPA Marcel Groleau, avait promis de faire les représentations nécessaires auprès du gouvernement, afin que les producteurs agricoles de la Côte-Nord bénéficient de programmes adaptés à la particularité de région éloignée.

« Monsieur Groleau travaille très fort pour tenter de débloquer ça mais ce n’est pas facile, tempère Yves Laurencelle. Le gouvernement ne veut pas créer de précédent avec nous, mais toujours est-il que nous sommes toujours désavantagés en raison de l’éloignement et des coûts qui sont liés à ça. »

Selon le président de l’UPA Côte-Nord, il y a un intérêt de la part d’éventuels producteurs agricoles et de producteurs établis qui désirent investir dans de nouveaux projets.

Le principal frein réside dans les coûts exorbitants liés au transport des matériaux par exemple.

« Un producteur veut construire un bâtiment et doit faire venir du béton. Il va payer le béton livré sur la Côte-Nord en moyenne 265 $ du mètre cube alors que dans les grands centre il se vend 135 $ du mètre cube. Oui il y a des programmes d’aide qui paient 50 % des coûts. Mais toujours est-il que les producteurs de la Côte-Nord sont pénalisés », conclut le président de l’UPA Côte-Nord, qui représente 155 producteurs agricoles et 90 fermes.

Partager cet article