Une « prime coronavirus » pour retenir les employés du réseau de santé

Par Karine Dufour-Cauchon 4:10 PM - 02 avril 2020
Temps de lecture :

Les employés en santé qui dans le cadre de leurs fonctions sont à risque de contracter la COVID-19 reçoivent une prime de la part du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Dans le secteur public, deux types de compensations financières sont offertes.

D’abord, le personnel de première ligne obtiendra une prime de 8% de leur salaire. Elle comprend tous les professionnels, le personnel des urgences, des soins intensifs, des CHSLD, des cliniques de dépistage ou des centres de confinement. Christian Dubé, président du conseil du Trésor a précisé que cette nouvelle mesure touchera 69 000 personnes.

Toujours dans le secteur public, une prime de 4% sera cette-fois-ci accordée à tous les autres membres du personnel du domaine de la santé et des services sociaux. Les techniciens en laboratoire, les gens à l’entretien ménager, les intervenants du 811 et quelque 200 000 employés bénéficieront de cette « reconnaissance » financière.

Ces deux premières mesures sont rétroactives du 13 mars et sont valables jusqu’au 1er mai. La ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann a informé que ces primes seront étirées dans le temps au besoin selon les arrêtés ministériels qui suivront.

Préposés « sous-payés » dans le secteur privé

La ministre a dit reconnaître que les préposés aux bénéficiaires du domaine privé étaient « sous-payés ». Le président du conseil du trésor québécois a donné davantage de détails sur la prime temporaire de 4$ pour chaque heure travaillée afin de remédier à cette situation, du moins, le temps de la crise.

Cette prime est rétroactive à partir du 13 mars. Elle est étirée sur 16 semaines, comme la prestation canadienne d’urgence de 2000$ par mois proposée par le gouvernement fédéral. Comme le gouvernement craignait un effet pervers de cette mesure d’aide, elle instaure cet incitatif financier afin d’éviter que les travailleurs dans le domaine gagnent moins de 2000$.

Les 34 000 travailleurs concernés auront maintenant « un salaire adéquat à leur compétence et leurs efforts », a déclaré Mme McCann. Elle cite en exemple les personnes travaillant dans les résidences privées pour aînés (RPA), les ressources intermédiaires et de type familiale.

La ministre des Aînés Marguerite Blais avait annoncé un investissement de 133 millions $ pour financer de l’équipement additionnel dans ces milieux de vie. L’annonce d’aujourd’hui se veut complémentaire.

L’investissement total relatif à la déclaration se chiffre à 287 millions $.

Partager cet article