Poursuite policière : une dame de 57 ans pourrait faire face à des accusations

Par Karine Dufour-Cauchon 4:25 PM - 06 avril 2020
Temps de lecture :

La Sûreté du Québec a intercepté ce lundi midi, à Baie-Saint-Paul, une dame âgée de 57 ans qui a forcé un point de contrôle policier. Elle demeurait à l’extérieur de la Capitale-Nationale. 

La sergente Marie-Michèle Moore a donné de plus amples détails sur l’opération de ce midi, qui n’est pas passée inaperçue à Baie-Saint-Paul.

«Les agents de la Sûreté du Québec ont, vers 11 h 15 au point de contrôle à Saint-Tite-des-Caps, localisé une automobiliste qui faisait l’objet d’une surveillance en raison de son état mental.  La femme s’est immobilisée au point de contrôle et n’aurait pas collaboré avec les policiers. Elle aurait poursuivi sa route après le point de blocage. Elle n’a toutefois pas forcé le point de contrôle. Les policiers ont tenté par la suite de l’intercepter et une poursuite policière s’en est suivie », a-t-elle d’abord clarifié.

Les policiers de la MRC de Charlevoix ont été informé de la situation et ont localisé la conductrice de nouveau, alors qu’elle circulait en direction est sur le boulevard Mgr de Laval à Baie-Saint-Paul.

« Il y a eu utilisation du tapis à clous, confirme Mme Moore. Une technique d’immobilisation a été utilisée par les patrouilleurs et deux véhicules de la SQ ont été légèrement abîmés. Heureusement, personne n’a été blessé. La dame de 57 ans a été prise en charge par des paramédicaux et transportée au centre hospitalier pour recevoir des soins appropriés à son état. La personne réside à l’extérieur de la région de la Capitale-Nationale », continue la sergente.

L’enquête se poursuit à avoir si des accusations ou des constats d’infraction seront portées contre la dame. L’agente Moore rappelle que si vous ne collaborez pas aux points de contrôle, vous êtes en situation d’infraction. Les agents de la Sûreté du Québec « ont un devoir de mettre fin à cette infraction ». Le Code de procédure pénale s’applique, même si ces barrages sont sous l’ordonnance de la santé publique.

Partager cet article