COVID-19 : Augmentation des demandes de dépannage alimentaire

Par Shirley Kennedy 2:00 PM - 07 avril 2020
Temps de lecture :

La demande de dépannages alimentaires est à la hausse. Les organismes du territoire travaillent sans relâche afin de répondre aux personnes dans le besoin. Courtoisie

Les deux organismes phares dédiés aux plus démunis de la Haute-Côte-Nord sont plus actifs que jamais en cette période de crise. Les employés et bénévoles du Centre de dépannage des Nord-Côtiers et du Centre d’action bénévole le Nordest n’ont jamais été autant sollicités. À preuve, une campagne de financement a été lancée par le Centre de dépannage afin de répondre à l’augmentation des demandes d’aide alimentaire.

Au moment d’aller sous presse lundi, le Centre de dépannage des Nord-Côtiers, avait récolté 4 145 $ via la campagne de financement initiée sur la page Facebook de l’organisme.

L’objectif de 4 000 $ ayant été rapidement atteint, les responsables ont décidé de prolonger la réception des dons jusqu’à la fin du mois d’avril.

La liste des dommages collatéraux liés à cette crise et des imprévus auxquels doivent faire face plusieurs familles et personnes seules, ne cesse de s’allonger au fil des jours.

La coordonnatrice du Centre de dépannage des Nord-Côtiers, Nathalie Beaudoin, peut en témoigner. « Cette levée de fonds a été mise sur pied vraiment en lien avec la COVID-19. Il y a plein de nouvelles familles qui ont besoin des dépannages alimentaires, donc ce n’était pas prévu dans notre budget. »

Nathalie Beaudoin ne spécule pas. Et les chiffres eux, ne mentent pas. D’ores et déjà, cette dernière constate une augmentation des demandes acheminées à son organisme, dont l’offre de services s’étend des Escoumins jusqu’à Sacré-Cœur-Tadoussac.

Entre le 1er avril 2019 et le 31 mars 2020, le Centre de dépannage des Nord-Côtiers a réalisé 114 dépannages alimentaires et distribué 50 paniers de Noël.

« Les pertes d’emplois se sont multipliées au cours des dernières semaines et plein de nouvelles familles se sont retrouvées dans le besoin. Depuis le 26 mars, nous avons réalisé treize dépannages », précise-t-elle.

À l’assaut du garde-manger
Aussi, le fait que les enfants ne bénéficient plus des déjeuners et collations à l’école, représente une charge supplémentaire pour les familles démunies. « Ça représente des bouches de plus à nourrir », ajoute-t-elle.

Appuyée de son équipe de trois employés, Nathalie Beaudoin se charge d’effectuer les achats à l’épicerie et de livrer directement au domicile des gens.

Solidarité
« Nous avons des ententes avec les épiceries des localités que nous desservons et même Intermarché des Escoumins ajoute un rabais supplémentaire. »

Les familles avec enfants sont jugées prioritaires bien que le service soit offert aux couples et personnes seules.
« Notre volonté, comme banque alimentaire, c’est de s’assurer que les plus vulnérables vont continuer à avoir accès à de l’aide alimentaire. »

L’appel de Nathalie Beaudoin a été entendu par la population qui donne généreusement, et aussi par les deux députés de la région. Martin Ouellet a offert 800 $ de dons en denrées, soit 200 $ à chaque épicerie du secteur. La députée fédérale Marilène Gill a contribué à la hauteur de 500 $.

CAB Le Nordest
Du côté Est de la MRC, soit pour les localités de Longue-Rive à Colombier, le Centre d’action bénévole le Nordest est aussi très actif.

Le dépannage alimentaire est disponible pour toutes les personnes qui ont perdu leur emploi, sont en attente de chômage ou d’un revenu d’appoint ou encore qui font face à une baisse importante de leurs revenus en lien avec la pandémie.

Pour joindre le CAB le Nordest, composez le 418 587-4226. Pour communiquer avec le Centre de dépannage des Nord-Côtiers, faites le 418 233-3910.

Partager cet article