Yan Deschênes et Alexandra Beaulieu : des pharmaciens fidèles au poste

Photo de Johannie Gaudreault
Par Johannie Gaudreault
Yan Deschênes et Alexandra Beaulieu : des pharmaciens fidèles au poste
Les pharmaciens Yan Deschênes et Alexandra Beaulieu sont plus présents que jamais chez Brunet à Forestville. Courtoisie

À travers les nombreuses livraisons à domicile, la protection des employés, les mesures pour éviter la propagation du coronavirus, les pharmaciens communautaires Yan Deschênes et Alexandra Beaulieu doivent demeurer fidèles au poste, solides et plus présents que jamais.

Œuvrant à la pharmacie Brunet de Forestville, les deux professionnels de la santé sont au cœur de la crise de la COVID-19. Ils vivent l’incompréhension des patients, l’insécurité de l’équipe, la mise en place de mesures sanitaires strictes, les appels par centaine tous les jours, et plus encore.

« Tout a changé depuis la crise. Comme nous sommes la seule pharmacie du coin et que nous avons une grande clientèle, nous voulons le plus possible protéger notre équipe pour assurer le maintien des opérations tout le long de la crise. C’est pourquoi nous sommes l’une des premières pharmacies à avoir fermé ses portes complètement », soutient Yan Deschênes, également propriétaire de la succursale Brunet de Chute-aux-Outardes.

Les deux collègues pensent même à séparer leur équipe de travail pour éviter que tous les employés soient contaminés si jamais l’un d’entre eux est déclaré positif à la COVID-19. Il s’agit d’une mesure qui est difficile à appliquer avec une petite équipe qui s’avère plus qu’essentielle en ce temps de pandémie.

À elle seule, l’augmentation du nombre de livraisons affecte considérablement le service. « Les livraisons ont quadruplé depuis les dernières semaines. Nous n’étions pas prêts à assumer un tel service, mais on se débrouille avec les employés sur le plancher. Au lieu de livrer trois jours par semaine, on doit le faire cinq jours », témoigne Alexandra Beaulieu, pharmacienne depuis 2017.

Aucun employé n’a été mis à pied temporairement à ce jour, et trois étudiantes viennent prêter mains fortes à l’équipe de techniciens.

Nouveaux pouvoirs
Afin de faciliter le travail des médecins et d’éviter les visites à l’urgence pour de simples represcriptions, les pharmaciens ont maintenant l’autorisation de prolonger une ordonnance pour le traitement d’affections chroniques.

« On pouvait déjà dépanner les clients en prolongeant une prescription, mais pas pour tous les médicaments. Maintenant, les classes de médicaments pouvant être prolongés, ont été élargies. Par exemple, on peut extensionner dans certains cas, une ordonnance de médication contre la douleur ou pour dormir, ce qui n’était pas le cas auparavant », d’affirmer Mme Beaulieu.

Mesures
Parmi les autres mesures entreprises pour contrer la propagation de la COVID-19 en pharmacie, on retrouve le service de commande à l’auto. « Les gens doivent commander en ligne ou par téléphone, payer d’avance par carte de crédit ou utiliser le TPV mobile à l’auto, et attendre devant la porte du centre d’achat qu’on leur apporte leurs commissions. L’objectif de cette fermeture est réduire les contact aux maximum », explique Yan Deschênes.

Ce service permet de fermer les portes de la pharmacie à la clientèle tout en poursuivant la vente de produits. En ce qui concerne les livraisons de médicaments, elles demeurent gratuites pour tous, mais celles pour les produits quotidiens sont accessibles seulement aux personnes de plus de 70 ans, qui souffrent de la COVID-19 ou qui sont en quarantaine. De plus, l’argent comptant n’est plus accepté.

Les pharmaciens font face à une clientèle parfois irritée par tous ces changements.

« Les gens sont impatients et souvent frustrés parce que nous sommes dans l’impossibilité de préparer leur commande aussi rapidement qu’à l’habitude. Certains sont aussi très réticents à nous transmettre leur numéro de carte de crédit, dévoile M. Deschênes. Les gens ne comprennent pas tous que notre charge de travail a augmenté considérablement. »

« On demande aux patients d’être plus courtois et respectueux, de prendre en considération qu’on doit prendre le temps de bien faire notre travail. Écoutez les consignes, faites préparer votre commande d’avance et tout ira pour le mieux », conclut la pharmacienne.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des