COVID-19 : une citoyenne lance une pétition pour retarder l’ouverture de la région

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
COVID-19 : une citoyenne lance une pétition pour retarder l’ouverture de la région
Avec sa pétition, Isabelle Hall souhaite que la Côte-Nord se donne une chance dans la lutte contre la COVID-19.

Est-ce que ça presse d’ouvrir la Côte-Nord le 18 mai? Pourquoi ne pas attendre que la situation soit sous contrôle à Montréal et les environs? Peut-on commencer par ouvrir notre économie de l’intérieur et s’ouvrir après aux visiteurs?

Ces questions que se pose Isabelle Hall, une citoyenne de Baie-Comeau, sont à l’origine de la pétition qu’elle a lancée, dimanche, afin que les barrages routiers demeurent en place dans la région tant qu’un traitement ou un vaccin pour la COVID-19 n’auront pas été trouvés.

Cette dernière condition peut surprendre, paraître excessive même. Mais comme l’avoue l’infirmière auxiliaire qui a assumé la présidence de son syndicat pendant quelques années, en ancienne syndicaliste, elle demande toujours plus. « Si on demande moins, on risque d’avoir moins encore. Si je gagne un ou deux mois (de report de l’ouverture), j’aurai gagné ça. »

Mme Hall insiste sur le fait qu’il n’y a pas de contamination communautaire chez nous et que c’est l’accalmie avec aucun nouveau cas positif depuis presque trois semaines. Si les points de contrôle policiers sont levés et que les touristes et les pêcheurs débarquent, illustre-t-elle, le nombre de cas pourrait augmenter.

Même chose si les Nord-Côtiers se mettent à quitter la région. « Les gens de Baie-Comeau vont aller chez Costco à Chicoutimi et se faire infecter. Est-ce qu’on est capable de venir à bout du chaos qui nous guette? Moi, ça m’inquiète. »

Aux détracteurs de la pétition qui y voient un frein pour l’économie et l’industrie touristique, Isabelle Hall soutient que les Nord-Côtiers sont capables faire virer leur économie et soutenir le tourisme en visitant les attraits de leur propre région.

« Si t’as 3 000 personnes qui meurent ici, qui va le faire tourner le tourisme », martèle-t-elle en ajoutant que si le feu prend sur la Côte-Nord, ce sera un retour à la case départ avec un nouveau confinement.

« On peut-tu se donner une chance. Il n’y en a pas de cas. Il n’y en a pas de transmission communautaire. Je ne suis pas prête à voir des gens mourir », poursuit Mme Hall. Si la région ouvre et que des gens meurent de la COVID-19, elle aura au moins le sentiment d’avoir tout fait pour éviter ça, laisse-t-elle tomber.

Objectif de 10 000 signatures

En début de matinée mercredi, la pétition demandant le report de l’ouverture de la région, en ligne sur la page Facebook de son initiatrice, avait recueilli plus de 3 700 signatures. L’objectif visé est de 10 000.

Si Isabelle Hall constate un ralentissement marqué, elle a l’intention de tout arrêter. La pétition, elle la remettra au maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, et au député de René-Lévesque, Martin Ouellet.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des