Place au camping version COVID-19

Photo de Johannie Gaudreault - Initiative de journalisme local
Par Johannie Gaudreault - Initiative de journalisme local
Place au camping version COVID-19
Courtoisie Canopée-Lit

Les campings de la Haute-Côte-Nord sont fins prêts à accueillir leurs premiers clients, après plusieurs semaines d’attente du feu vert du gouvernement du Québec. Les restrictions seront à l’honneur, mais rien pour nuire au plaisir des campeurs.

Deux principes de base s’appliqueront sur tous les terrains de camping à travers la province : hygiène et distanciation sociale. En bref, les blocs sanitaires seront ouverts seulement à ceux qui n’ont pas l’option à même leur équipement, les services de restauration seront limités à la livraison et aux commandes pour emporter et les infrastructures demeurent fermées, à l’exception des blocs sanitaires et des buanderies.

De plus, il est conseillé de visiter un camping qui se trouve à une courte distance de sa résidence. Les personnes résidant à la même adresse pourront partager un terrain, mais chaque ménage différent devra être séparé.

Les rassemblements de 10 personnes et moins seront autorisés puisqu’ils sont approuvés par la Santé publique.

Secteur est

Au camping de la Baie-Verte à Forestville, les campeurs ont commencé à s’installer le 6 juin. Toutes les infrastructures communes sont fermées jusqu’à nouvel ordre à l’exception des blocs sanitaires qui sont réservés aux clients en tente ou qui n’ont pas d’autres options à même leur équipement de camping.

« Les rassemblements intérieurs sont interdits et les rassemblements extérieurs se limitent à 10 personnes d’un maximum de trois ménages différents. Le véhicule récréatif prêt-à-camper est également en location pour des visiteurs », ajoute Christian Turcotte, nouveau gérant du camping, via sa page Facebook.

À Portneuf-sur-Mer, le camping municipal ouvrira ses portes le 15 juin tant pour les passants que les saisonniers. Un seul bloc sanitaire sera accessible aux voyageurs qui ne seront pas desservis par l’eau potable, l’égout et l’électricité. Trente-cinq emplacements sont disponibles pour les voyageurs.

« Nous respecterons le guide préparé par Camping Québec et approuvé par la Santé publique pour nos opérations. Les coûts seront les mêmes que ceux prévus pour la saison 2020 et l’hébergement en prêt-à-camper (yourtes) sera possible à partir du 29 juin », confirme le directeur général de la municipalité, Simon Thériault.

À Longue-Rive, le Domaine du Lac des cèdres a accueilli ses campeurs le 1er juin. Les saisonniers qui laissent leur équipement sur place pendant l’hiver ont pu s’installer rapidement.
Quatre terrains sont réservés aux passants et un véhicule récréatif prêt-à-camper est offert en nouveauté cette année.

« On voit la frénésie pour le camping. Les réservations vont bon train et il y a beaucoup de campeurs qui allaient à l’extérieur qui reviennent en région », commente la copropriétaire du Domaine du Lac des cèdres, Kathy Gagnon.

Les recommandations du guide réalisé par la CNESST pour les propriétaires de camping sont transmises à chaque client dès leur entrée sur le terrain. L’auberge et le restaurant ne sont pas ouverts pour le moment, mais Mme Gagnon espère avoir le feu vert du gouvernement prochainement.

Secteur ouest

À Sacré-Cœur, l’hébergement éco-touristique Canopée-Lit a débuté sa saison le 5 juin tout en s’adaptant aux normes de la Santé publique. « Le bâtiment d’accueil est fermé et nous avons mis en place une nouvelle procédure d’arrivée sans contact », dévoile la propriétaire Claire Rommelaere.

Le sentier d’interprétation de la forêt boréale est toujours offert, mais le guide est remplacé par « un joli livret qui fait aussi office de carnet de dessin ». Des paniers repas sont désormais proposés aux clients et les déjeuners pourront être livrés dans les cabanes et bulles. « Nos salles de bain demeurent ouvertes puisqu’elles sont privées à chaque emplacement », de déclarer Mme Rommelaere.

Aux Bergeronnes, au Camping Paradis marin, tous les blocs sanitaires ont été condamnés et seulement les réservations avec services seront autorisées. « Malheureusement, tout autre type de campement ne sera accepté ni même les visiteurs journaliers incluant les plongeurs et kayakistes. Nous savons que ce choix affectera plusieurs de nos fidèles clients, mais nous sommes confiants que vous comprendrez notre décision», peut-on lire sur la page Facebook du camping.

Quant au camping Bon-Désir, la directrice générale de la municipalité des Bergeronnes, Véronique Lapointe, confirme qu’il est ouvert depuis le 5 juin. Les tentes ou tout autre équipement n’ayant pas de toilette n’ont pas accès au camping puisque les blocs sanitaires ont été fermés. La buanderie est accessible, sur rendez-vous seulement.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des