Banc de sable de Portneuf-sur-Mer : un écosystème unique à protéger

Photo de Shirley Kennedy
Par Shirley Kennedy
Banc de sable de Portneuf-sur-Mer : un écosystème unique à protéger
Photo : Ulysse Rémillard

S’il est un organisme qui salue l’initiative des élus de Portneuf-sur-Mer, c’est certainement le Comité ZIP de la rive nord de l’estuaire (RNE). Auteure du rapport de caractérisation du marais salé, l’équipe de l’organisme voit ainsi sa recommandation première appliquée partiellement par les élus.

En entrevue au Journal Haute-Côte-Nord, la directrice générale du Comité ZIP RNE Marie-Karine Maltais, a décrypté le processus naturel de l’écosystème très particulier de Portneuf-sur-Mer, qui se compose du banc de sable, du marais salé et de la rivière.

« Le banc de sable protège le marais et ce dernier protège les maisons en arrière, explique-t-elle. Si on ajoute une pression d’érosion avec la circulation des VTT entre autres, on vient fragiliser l’outil qui protège les maisons. »

Madame Maltais rappelle aussi la pression de la rivière et le rôle majeur que jouera le marais lorsque celle-ci reprendra son lit d’autrefois.

« La rivière passait dans le marais il y a 100 ans. Et selon les experts en géomorphologie qui ont évalué le site en octobre 2018, la rivière va passer dans le marais et celui-ci va migrer dans la Pointe-des-Fortin. La nature fait bien les choses, le marais va se déplacer dans des secteurs plus tranquilles. »

La directrice du Comité ZIP RNE précise que deux sites fragilisés ont été identifiés. Ces deux lobes de transgression localisés par drone, sont situés sur le banc de sable et près de la rivière.
Ce qui laisse présager que la rivière finira par créer une brèche lors des grandes marées d’automne, celles-ci ayant ravagé considérablement le boisé du banc de sable lors des grosses tempêtes en octobre 2018.

Prédictions

Si les experts disent vrai, la flèche du littoral de la Pointe-des-Fortin et le banc de sable ne feront qu’un. « On ne parlera plus de banc de sable, on va parler d’une flèche de littoral. Les sédiments qui transitent de Forestville à Portneuf nourriront le système et les flèches. On peut déjà constater la flèche de la Pointe s’agrandir et le banc de sable s’amincir et allonger. La vague va couper au large plutôt que sur les côtes et les bateaux auront de plus en plus de difficulté à rentrer au port. »

Bien que ce ne soit pas catastrophique comme évolution, Marie-Karine Maltais se demande si les citoyens sont préparés à ce changement de leur environnement. « Est-ce qu’ils sont prêts à voir ce milieu-là changer et évoluer? Préparez-vous, inévitablement ça va arriver », prévient-elle.

D’autre part, la recommandation première du Comité ZIP RNE, soit de contrôler l’accès des VTT au banc de sable, contribuera à protéger l’écosystème. La pratique du VTT étant une activité culturelle qui existe depuis des décennies, madame Maltais comprend qu’il est difficile de bousculer les mœurs et coutumes des citoyens.

À cet effet, elle rappelle que la pratique du VTT est interdite mais elle demeure tolérée par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. « Heureusement, nous constatons que les usagers empruntent le même sentier et circulent davantage en basse plage, ce qui est préférable. En haute plage, c’est à proscrire puisqu’on détruit l’élyme, cette plante qui protège. »

Pour le Comité ZIP RNE, il est indéniable que les élus de la localité ont pris acte du rapport. « Il est de leur devoir de sensibiliser les citoyens et trouver des façons de les convaincre et de les soutenir afin qu’ils changent leurs habitudes et surtout conclut madame Maltais, qu’ils fassent partie de la solution afin de protéger cet écoystème unique qui fait la richesse de leur milieu. »

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des