Campagne des paniers de Noël : le Centre de dépannage des Nord-Côtiers doit se débrouiller autrement

Photo de Johannie Gaudreault - Initiative de journalisme local
Par Johannie Gaudreault - Initiative de journalisme local
Campagne des paniers de Noël : le Centre de dépannage des Nord-Côtiers doit se débrouiller autrement
La campagne des paniers de Noël se déroulera autrement au Centre de dépannage des Nord-Côtiers. Photo : Facebook

Le Centre de dépannage des Nord-Côtiers, organisme desservant le secteur ouest de la Haute-Côte-Nord, ne peut organiser son traditionnel souper- spaghetti cette année pour amasser des fonds pour la campagne de financement des paniers de Noël.

Il doit alors se tourner vers d’autres moyens de financement, dont une campagne de dons virtuelle.

« Nous invitons la population à convertir le montant traditionnellement destiné à l’achat d’un ou plusieurs billets pour le souper-spaghetti en don de charité via la plateforme Facebook créée pour l’occasion », explique Nathalie Beaudoin, directrice générale.

Un objectif de 5 000 $ a été fixé pour cette campagne en ligne, alors que le souper-bénéfice amassait 12 000 $.

« Le manque à gagner devrait être comblé par les dons d’organismes comme les Lions et Desjardins », dévoile la directrice. Au moment d’écrire ces lignes, une somme de 1 790 $ avait été récoltée sur la plateforme web.

De plus, la journée du 5 décembre, de 11 h à 14 h, sera consacrée à ramasser des denrées et dons en argent dans les rues des villages du secteur ouest.

« Nos bénévoles seront sur place et les automobilistes n’auront qu’à tendre la main pour donner soit des denrées non périssables ou de l’argent », confirme Mme Beaudoin, qui est toujours à la recherche de bénévoles pour cette journée cruciale.

Pour obtenir un panier de Noël, les familles doivent obligatoirement en faire la demande. Le formulaire d’inscription est disponible à la friperie, par courriel et messenger.

Une preuve de revenus, une preuve de résidence et au besoin, une lettre explicative doivent être jointes au formulaire.

Selon Nathalie Beaudoin, la demande devrait être plus forte qu’à l’habitude avec la précarité qu’a engendrée la pandémie de la COVID-19.

« Nous espérons pouvoir faire 50 paniers comme l’an dernier, selon les dons que nous aurons reçus », conclut-elle.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires