Douze jours d’action et de sensibilisation contre les violences faites aux femmes

Photo de Julien-Pierre Desmeules-Paré
Par Julien-Pierre Desmeules-Paré
Douze jours d’action et de sensibilisation contre les violences faites aux femmes
Anne Gagné, coordonnatrice adjointe pour le Regroupement des femmes de la Côte-Nord, invite la population à participer aux 12 journées d’action contre les violences faites aux femmes.

Les 12 journées d’action contre les violences faites aux femmes auront lieu du 25 novembre au 6 décembre. Pour l’occasion Anne Gagné, coordonnatrice adjointe pour le Regroupement des femmes de la Côte-Nord, invite la population à se sensibiliser par rapport au sort des femmes dans notre société.

Cette année, les 12 journées seront adaptées pour respecter les mesures d’hygiène et de santé. En raison de ces mesures, les activités et les conférences seront diffusées sur le site internet de l’évènement.

Sans avoir un portrait clair de la situation des femmes pendant la pandémie de COVID-19, la coordonnatrice explique qu’elles sont toujours les premières touchées lors des périodes de crise.

« Durant le confinement, il y avait les écoles fermées, les enfants à la maison et le télétravail. C’est encore les femmes qui prennent en grande partie la charge de l’organisation familiale », rappelle la coordonnatrice.

« Les secteurs d’activités qui ont été touchés, c’est beaucoup les services. Les femmes sont plus nombreuses dans les services », explique Mme Gagné en précisant que beaucoup de femmes nord-côtières sont également des employées saisonnières.

Parmi les thèmes abordés lors de l’évènement, la violence et la pauvreté sont les points à prioriser, selon l’organisme. « La Côte-Nord est, depuis plusieurs années, la région la plus touchée par la violence faite aux femmes », tient à souligner Mme Gagné.

Cette dernière dénonce au passage le manque de suivi du gouvernement par rapport aux mesures mises en place pour améliorer la condition féminine.

« Encore aujourd’hui on a beaucoup de travail. Ce travail est continu et ne s’arrêtera pas », précise la coordonnatrice, qui a notamment pour mission de regrouper, concerter et agir pour l’amélioration de la condition de vie des Nord-Côtières.

L’organisme appuie les revendications qui abordent les enjeux liés à la pauvreté, aux violences faites aux femmes, aux femmes migrantes, immigrantes et racisées, aux femmes autochtones et à la justice climatique.

Appuis et rubans blancs

Il sera possible pour ceux et celles qui souhaitent appuyer les femmes dans leurs combats, d’arborer un ruban blanc symbolisant la dénonciation de la violence faite aux femmes.

Selon Mme Gagné, dans Sept-Rivières, il devrait y avoir des pôles de distributions pour les rubans blancs. Pour la Manicouagan, l’initiative est en attente afin de trouver une solution alternative sécuritaire respectant les mesures sanitaires.

Anne Gagné invite les gens à suivre la page Facebook du regroupement des femmes de la Côte-Nord pour des annonces et des informations sur l’événement de 12 jours.

Elle invite également les personnes intéressées à se rendre sur le site de la Coordination du Québec de la Marche mondiale des femmes (CQMMF) pour « ajouter le nom de votre groupe à ceux qui appuient déjà la lutte. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires