Recommandation d’évacuations aux Bergeronnes: des résidents dévastés

Photo de Shirley Kennedy
Par Shirley Kennedy
Recommandation d’évacuations aux Bergeronnes: des résidents dévastés
Robert Larouche et Dr Claudette Viens ont été priés de quitter leur domicile d'ici le 25 mars prochain. (Photo : Journal Haute-Côte-Nord)

Le 9 février, les propriétaires de quatre résidences situées de part et d’autre de la route 138 dans le secteur du Cap de Bon-Désir aux Bergeronnes, ont appris qu’en raison des conditions de terrain critiques, ils étaient fortement invités à quitter leur propriété au plus tard le 25 mars 2021.

Une douche froide pour trois des sept personnes concernées par cette directive, que le Journal Haute-Côte-Nord a rencontrées. Bien qu’informés en 2017 qu’une étude du ministère des Transports était en cours, en aucun temps les citoyens n’ont été informés au préalable des conclusions crève-cœur du rapport d’études.

« Conviés pour se faire évincer »

Claudette Viens et Robert Larouche habitent le Cap de Bon-Désir depuis 50 ans. Ils y ont élevé leur famille. Pour eux, comme pour les Lessard, leurs voisins, ce n’est pas seulement une question de matériel et de propriétés. C’est toute une vie qu’on leur demande de raser dans un délai de 6 semaines.

« Ce qui était au départ une recommandation lors de la rencontre d’information, est devenue une obligation quelques jours plus tard, après que moi et Yvan ( Lessard) ayons manifesté notre refus de signer leurs documents », explique M. Larouche.

Pour sa conjointe, Dr Claudette Viens, la façon de faire des représentants des deux ministères dénotait clairement une absence de tact. « Ça été assez cavalier. Nous avons été conviés pour se faire évincer. Lorsque j’ai vu les travailleuses sociales et le psychologue sur place, j’ai compris que c’était sérieux. » « Il manquait juste l’ambulance », d’ajouter Robert Larouche.

Dr Viens reçoit au-delà de 900 patients depuis 25 ans dans son cabinet annexé à la résidence familiale. Dans le contexte actuel et la pénurie de médecins à laquelle est confrontée la Côte-Nord depuis des années, elle s’inquiète du sort qui sera réservé à ses patients. « Il ne faut pas se leurrer, les médecins du Centre de santé aux Escoumins sont débordés, ils deviendront des patients-orphelins qui devront se rendre à l’urgence. »

Déménager ou démolir?

Lors de la rencontre du 9 février, les propriétaires ont été informés du programme mis à leur disposition et les options assorties. Puisque l’enrochement n’est pas une option envisagée pour l’instant par la Sécurité publique, les propriétaires doivent tenter l’exercice de la seconde option, soit celle de relocaliser leur propriété en soumettant au ministère deux soumissions. S’il s’avère impossible de rencontrer les critères de la deuxième option, ils seront dirigés vers la troisième et dernière alternative, soit la démolition de leur résidence. L’option deux s’avère impossible dans son cas, explique Robert Larouche, en raison des annexes ajoutées à la demeure au fil des ans. Pour démolir leur résidence qui trône sur la berge du Cap de Bon-Désir au centre d’un terrain de 10 hectares, le couple Viens-Larouche obtiendrait 205 000 $. « Et ce n’est pas le ministère qui s’occupe de ça, c’est aux propriétaires de s’arranger pour rencontrer les critères des programmes », ajoute M. Larouche, précisant que dans l’un ou l’autre des cas, les propriétaires s’engagent à céder leur terrain pour la somme de 1 $ à la Municipalité.

Recours

Ce qui est contradictoire selon le Bergeronnais, c’est que des cas similaires de zones à risques et glissements de terrains sont survenus notamment à Pointe-Lebel et à Deschaillons-sur-Saint-Laurent, où les résidents ont pu rester à demeure sans être importunés par la Sécurité publique.

« On veut rester ici et assumer les risques. Tant qu’à perdre, si on est ici encore dix ans… On veut du temps et ils nous ont dit qu’une grande partie de l’année, en été et en hiver c’est sécuritaire. D’autant plus qu’on demande d’évacuer des résidences alors que la population de la Côte-Nord continuera de circuler sur la route 138 en face de ces résidences. Alors le danger est-il réellement présent ? », questionne-t-il.

Même son de cloche chez les voisins, Gerthy Dufour et Yvan Lessard, qui refusent de sortir. « Le 25 mars, je serai assis dans ma cuisine. Ils vont peut-être me sortir mais je ne sortirai pas avant », affirme l’homme d’affaires. Sa fille Valérie et son conjoint qui habitent la maison adjacente, ont décidé de quitter, pour le bien-être de la future maman et le nouveau-né à venir.

Le 16 février, le conseil municipal des Bergeronnes a adopté une résolution à l’effet qu’il demande aux paliers gouvernementaux l’érection d’un mur de pierres afin de protéger le camping Bon-Désir et la portion côtière de Bon-Désir où habitent entre autres les sept résidents concernés. Un projet fort ambitieux, soit une infrastructure de 1,5 km de long par 200 pieds de large, selon les informations obtenues par le Journal.

Dans un communiqué émis ce matin, la directrice générale Véronique Lapointe, affirme que le camping municipal sera amputé de 70 emplacements en lien avec cette directive. « Toutefois, 120 terrains sont toujours considérés comme sécuritaires. Le camping continuera ses opérations. »

Contacté afin d’expliquer le dossier, le ministère de la Sécurité publique n’avait pas eu l’opportunité de parler avec le Journal au moment d’écrire ces lignes.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Celine
Celine
7 jours

Le même sort on a connuvwuand Parc Saguenay a voulu avoir nos terrains il a fallut ce battre mais ça n’a rien donné ils nous ont expropriés et ils n’ont absolument rien fais sur les terrains
C’est ca les gouvernements

Bella
Bella
6 jours

Très bon article clair et concis. Dans des situations critiques on apprécie journal. Merci.

Jean Vallée
Jean Vallée
5 jours

Il faudrait avoir copies des études géotechniques et les soumettre à des spécialistes. Il faudrait actualiser ces études si elles ont plus de deux ans.