Interdiction de déplacement : Martin Ouellet attend des réponses

Par Charlotte Paquet 11:40 AM - 07 avril 2021
Temps de lecture :

Martin Ouellet considère que le gouvernement du Québec manque de cohérence au chapitre de l’interdiction des déplacements entre les régions selon leurs couleurs. Photo capture d’écran

Il tarde au député de René-Lévesque, Martin Ouellet, de savoir comment s’appliquera la nouvelle interdiction des déplacements non essentiels vers les régions en zone jaune de la part des gens provenant des zones rouges et orange, décrétée par Québec à compter de jeudi.

L’élu l’avoue : la mesure l’a pris par surprise. Même si aucune indication récente ne laissait présager cette possibilité, il l’accueille avec satisfaction pour aider à éviter la propagation du coronavirus et de ses variants.

Mais reste maintenant à savoir de quelle façon le gouvernement s’assurera du respect de son mot d’ordre. En fin d’avant-midi mercredi, M. Ouellet espérait toujours connaître la suite, notamment si des barrages seront à nouveau érigés aux portes d’entrée de la région comme ce fut le cas au printemps 2020.

Il disait aussi vouloir savoir ce à quoi les gens s’exposent s’ils contreviennent à la nouvelle mesure.

Enfin, le député du Parti québécois ne peut s’empêcher de remettre en question la cohérence des décisions gouvernementales quand les gens des zones jaunes, eux, peuvent encore se déplacer en zones rouges et orange, même si c’est non recommandé. « Ça devrait être la même logique », lance-t-il.

L’arrivée des variants

Le député rappelle que pas plus tard que lundi, le Dr Richard Fachehoun, médecin-conseil en santé publique au Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord, a confirmé que l’arrivée de cas de variants en Haute-Côte-Nord faisait suite aux déplacements de citoyens du secteur dans des régions d’une autre couleur.

« Il faut aussi être vigilants pour ceux et celles qui quittent les régions jaunes », insiste Martin Ouellet. Dès le retour d’une zone rouge ou orange, il faut se faire dépister, comme le recommande le Dr Fachehoun. Lui-même dit respecter la directive.

« Il faut que tout le monde fasse son effort. Si on s’est mis à risque, il ne faut pas mettre les autres à risque. »

Partager cet article