L’Unité régionale Loisir et Sport Côte-Nord plus active que jamais

Par Julien-Pierre Desmeules-Paré 1:00 PM - 09 avril 2021
Temps de lecture :

La ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, lors de sa dernière venue sur la Côte-Nord, pose en compagnie de Pierre LeBreux, directeur général de l’URLSCN, et de Roland Morin, administrateur à l’URLSCN. Photo archives

Pour l’Unité régionale Loisir et Sport Côte-Nord (URLSCN), le soutien aux clubs et aux associations de la région est primordial, encore plus en cette période de pandémie. « On est là pour soutenir le monde du milieu », précise d’ailleurs son directeur général Pierre LeBreux. C’est pourquoi les clubs, les associations et les organismes de la région sont appuyés par l’URLSCN depuis sa création en 1997.  

Cette année plus que jamais, l’URLSCN doit constamment s’ajuster aux nouvelles réalités. « Le mot ajustement est à la mode chez nous. Il faut s’ajuster et connaître les besoins, puis se réajuster parce que les choses évoluent rapidement », mentionne le directeur général.

L’URLSCN travaille afin d’accomplir les nombreux défis qu’elle s’est donnés. Philippe LeBreux, Jessie Tanguay et Catherine Gallant, tous les trois agents de développement sport, loisir, culturel et communautaire, ainsi que Joliane Poirier, agente de développement plein air, se sont prêtés au jeu afin d’informer la population sur les nombreux services offerts par l’organisme.

Sports

Philippe LeBreux souligne que des confirmations restent à venir en ce qui a trait aux Jeux du Québec. « On s’attend malheureusement à ce qu’il y ait un report au moins jusqu’à l’an prochain encore une fois. L’accompagnement de clubs est un peu plus difficile dans cette optique-là », dit-il.

En 2020, afin de permettre le développement et la continuité des opérations, un montant de 1 000 $ a été offert à chacune des associations régionales. Par la suite, « on a offert un soutien financier de 2 500 $ à chacun des clubs de la région qui était intéressé à venir chercher ce financement-là », explique-t-il.

Formations d’entraîneurs et d’officiels

L’organisme a également proposé du soutien et de l’accompagnement pour les formations d’entraîneurs. C’est-à-dire que si les clubs ou les entraîneurs se retrouvent avec des frais à payer à la suite de ces formations, l’URLSCN va « rembourser une grosse partie de frais d’inscriptions de certaines formations, ce qui assure la pérennité de certains clubs », assure M. LeBreux.

Toujours dans le domaine de la formation d’entraîneurs, il rappelle que le programme national de certification des entraîneurs s’offre maintenant en ligne.

Dans le même ordre d’idée, un programme d’aide au développement des officiels devrait voir le jour dans les prochaines semaines selon lui. « Ça pourrait être sous la forme de séminaire donné sur un mois. Ça devrait être assez intéressant », précise-t-il.

Iniski

Cette année, malgré la situation complexe causée par la pandémie, des formations ont été offertes dans les écoles à 16 enseignants en éducation physique et à la santé. Au mois de février, « un formateur de la Fédération de ski de fond du Québec est descendu donner deux journées de formation », explique Joliane Poirier.

Cycliste averti, un programme développé par Vélo Québec est également offert pour la première fois cette année. Ce programme consiste à inviter les élèves de 5e et 6e année à la bonne conduite à vélo grâce à des formations théoriques, des formations pratiques et deux formations sur route avec des instructeurs.

Fillactive

Quant au programme Fillactive, il a pour mission de promouvoir la saine activité physique chez les étudiantes, sans la compétition et la performance. « Plusieurs données montrent qu’à l’adolescence les filles sont portées à abandonner l’activité physique », souligne pour sa part Catherine Gallant.

Mme Gallant souligne que l’objectif de l’URLSCN pour cette année serait de « s’occuper du démarrage avec ceux et celles qui sont intéressés à faire du bénévolat avec le club de marche et de promouvoir les bienfaits des clubs de marches dans la communauté ».

Partager cet article

À lire également


À découvrir