Rioux regarde au-delà des résultats pour dresser le bilan du Drakkar

Par Steeve Paradis 1:00 PM - 04 mai 2021
Temps de lecture :

Le Forestvillois Marc-Antoine Mercier a représenté la plus belle surprise de la saison du Drakkar aux yeux du directeur général Pierre Rioux. Photo Ghyslain Bergeron/LHJMQ

Si Pierre Rioux s’attardait aux statistiques cumulées par son Drakkar en 2020-2021, il serait vraisemblablement un peu déprimé. Toutefois, l’objectif se trouvait au-delà des résultats en cette saison de pandémie et de reconstruction de l’équipe.

Au terme du calendrier régulier, le Drakkar pointait au 18e et dernier rang du circuit Courteau, avec ses 8 petites victoires et ses 18 points. En séries, les Foreurs de Val-d’Or n’ont fait qu’une bouchée des Nord-Côtiers, balayés en trois rencontres.

« Avant Noël, on a perdu plusieurs matchs par un but ou un dernier dans un filet désert. L’absence de nos deux Européens nous a nui. Après Noël, en échangeant (Nathan) Légaré et (Christopher) Merisier-Ortiz, on savait qu’on allait avoir des difficultés à marquer des buts », a soutenu le directeur général.

« Contre Val-d’Or, malgré le résultat, on a vu des gars s’imposer et travailler fort et c’est ce qu’on voulait voir. L’objectif était de travailler avec les gars pour les faire progresser et leur inculquer les valeurs qu’on veut voir dans notre équipe. Si quelqu’un regardait seulement les pointages, il pouvait se dire : oui, le Drakkar a perdu encore, mais le travail a toujours été au rendez-vous », a-t-il enchaîné.

Merci aux 20 ans

À tout seigneur tout honneur, Rioux a réservé ses premiers mots aux vétérans de 20 ans Lucas Fitzpatrick, Brandon Frattaroli et Nathaël Roy, qui ont mis fin à leur stage junior dans l’adversité. « On n’a pas un mot à dire contre le travail de nos 20 ans. Ils savaient dans quel genre de situation ils s’embarquaient, ils ont pleinement accepté leur rôle et ils ont joué les mentors auprès de nos jeunes. »

À l’attaque, le dg a notamment souligné le travail de Félix Gagnon (premier choix au dernier repêchage), Andrew Belchamber (acquis dans l’échange de Merisier-Ortiz) et Isaac Dufort (choix de 8e ronde en 2019).

Ce sont des gars qui vont avoir des rôles plus importants à jouer dans le futur. Dufort, pour un, a vraiment une éthique de travail A-1. 

Pierre Rioux

En défensive, Rioux a apprécié les prestations d’Émile Chouinard (choix de 8e ronde en 2019), d’Anthony Lavoie (2e choix en 2020) et du Forestvillois Marc-Antoine Mercier (acquis de Shawinigan en retour d’un 6e choix en 2022).

« Mercier, c’est ma plus belle surprise. Il s’est imposé dès le début du camp d’entraînement. Trouver le même genre de gars disponible l’an prochain, ça va être pas mal plus difficile. Chouinard, il a commencé l’année en étant notre sixième ou septième défenseur et il a fini dans notre top 4. Quant à Lavoie, c’est un joueur qui comprend bien le jeu. »

Devant le filet, Olivier Ciarlo a probablement tout ce qu’il faut pour prendre la relève de Fitz, croit Rioux. « Ciarlo, c’est un jeune qui a confiance en ses moyens. Il a connu un bon début de saison, mais c’est devenu un peu plus difficile après Noël. Il a appris dans l’adversité. »

Finalement, Pierre Rioux s’est dit « très content » du travail de son personnel d’entraîneur, à commencer par le pilote Jean-François Grégoire.

« Ils sont de retour l’an prochain parce qu’ils ont travaillé fort pour faire progresser les jeunes. Ils se sont aussi assurés de garder une bonne attitude dans l’entourage de l’équipe malgré les défaites et la COVID. Il fallait faire prendre du millage aux jeunes cette année et s’assurer de leur développement physique à court et moyen termes. »

Partager cet article