CNM Évolution : une aide d’urgence réclamée par les élus

Par Johannie Gaudreault 12:00 PM - 01 juin 2021
Temps de lecture :

Le CNM Évolution, reliant Forestville et Rimouski, n’a toujours pas pris la mer cette saison. Photo : Tourisme Forestville

Même si le propriétaire de la traverse Rimouski-Forestville, Hilaire Journault, a confirmé que le CNM Évolution ne reprendra pas la mer cette saison, il est encore trop tôt pour statuer sur le service offert en 2021, selon les élus Micheline Anctil et Martin Ouellet.

La mairesse de Forestville a dévoilé au Journal Haute-Côte-Nord que des démarches sont présentement en cours auprès du ministère des Transports du Québec (MTQ). « Nous demandons une aide d’urgence de 100 000 $, ce qui garantirait la saison 2021 du CNM Évolution », a-t-elle affirmé.

Mme Anctil mentionne être en contact avec le maire de Rimouski, Marc Parent, le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, et Hilaire Journault, depuis quelques semaines déjà.

« Nous sommes conscients que cette année en est une de transition, mais nous souhaitons garantir l’avenir du traversier à long terme, pour éviter que cette situation se produise d’année en année », témoigne-t-elle.
Les élus sont en attente de la réponse de l’appareil gouvernemental. Une chose est certaine, ils feront tout ce qui est possible pour remédier à l’annulation prévue.

« J’ai fait des représentations au cabinet du ministre de la région vendredi dernier et j’ai senti une bonne écoute. Le dossier est maintenant dans les mains du ministère de l’Économie qui a des programmes pour les entreprises victimes de la COVID », divulgue Martin Ouellet.

« Le CNM Évolution est un lien maritime important pour le développement économique de notre région. Il y a des personnes de toute la Côte-Nord qui utilisent ce traversier, qui offre un service rapide en 60 minutes », déclare Mme Anctil.

Incertitude

Quant au propriétaire du navire, il n’est pas encore convaincu de redémarrer le service cette année. « C’est le politique qui brasse ça. Mais je ne suis pas certain encore de recommencer. En obtenant une aide de 150 000 $ à 200 000 $, j’y penserais sérieusement », admet M. Journault.

Le traversier est toutefois prêt à naviguer et le propriétaire avoue être « triste d’arrêter ». Mais il doit penser en termes d’affaires.

« Les gens pleurent parce qu’il n’y a plus de service, mais si je fais faillite, c’est moi qui vais pleurer. J’ai de l’espoir depuis 22 ans, mais là je vous avoue que l’espoir baisse un peu », divulgue Hilaire Journault.

L’entrepreneur souhaiterait obtenir une aide financière récurrente pour offrir le lien maritime Rimouski-Forestville, qui est « très apprécié » des touristes et résidents, selon lui.

« S’ils me donnent une beurrée cette année et plus rien les années suivantes, ça n’assurera pas la vie de la traverse, soutient-il. En 22 ans, j’en ai fait des bonnes années, mais la plupart du temps, mon autre compagnie doit renflouer celle de la traverse. »

Étude sur les traversiers

Les élus attendent impatiemment le dépôt de l’étude sur l’ensemble des traversiers du Québec, commandée par le MTQ auprès de la Société des traversiers du Québec (STQ).

Celle-ci devait être dévoilée en 2020, mais elle accuse du retard. « On devrait avoir les résultats d’ici quelques mois », selon l’élue forestvilloise.

« La COVID-19 peut expliquer un certain délai ainsi que les frasques du F.-A.-Gauthier qui ont mobilisé les équipes, mais il est minuit moins une », clame le député.

Le rapport qui sera déposé permettra de connaître les options qui s’offrent aux traversiers privés comme le CNM Évolution.

« M. Journault est le seul promoteur privé d’une desserte maritime au Québec. Il n’a pas droit à aucune aide gouvernementale », rappelle Micheline Anctil. Aucune date n’a été fixée pour le dévoilement de l’étude jusqu’à maintenant. La STQ a mentionné qu’elle verra le jour « quelque part en 2021 ».

Une seconde phase d’analyses a été nécessaire pour raffiner les données et offrir des recommandations adéquates au gouvernement.

En décembre 2020, la firme montréalaise Abscisse Recherche a obtenu le mandat de réalisation d’études d’impacts économiques, de recherche de programmes de subvention potentiels et d’approche stratégique et positionnement des deux traverses (Rimouski-Forestville et Trois-Pistoles-Escoumins), pour une somme de 33 117 $, selon le système électronique d’appel d’offres du gouvernement du Québec (SEAO).

Selon la mairesse de Forestville, les statistiques démontrent que le CNM Évolution transporte environ 45 000 passagers et 22 000 voitures annuellement.

Partager cet article