Philippe Bond relance le Pavillon des Arts

Par Shirley Kennedy 11:21 AM - 01 juillet 2021
Temps de lecture :

Dans le respect des consignes sanitaires en vigueur, ce sont 111 personnes qui ont pu se procurer un billet pour le spectacle de Philippe Bond.

Inauguré in extremis avec les Souvenirs d’un rendez-vous doux de Justin Boulet le 14 mars 2020, soit moins de 24 heures avant que le premier ministre Legault n’annonce l’urgence sanitaire, le Pavillon des Arts de Forestville ne pouvait espérer mieux que l’humoriste Philippe Bond pour initier hier, un défoulement collectif en latence depuis plus d’un an.

Un public parfait pour l’humoriste « qui tire plus vite que son ombre », tout aussi reconnaissant de remonter sur la scène avec son troisième spectacle intitulé Merci. « J’avais tellement hâte que ça reprenne », confiait-il à quelques reprises pendant un spectacle de près de 90 minutes, tenu à guichets fermés devant 111 spectateurs permis en raison des consignes sanitaires.

Un sentiment partagé par le président du Comité de spectacles de Forestville, Laurent Thibault qui n’a pas manqué de remercier du haut de la scène, la mairesse de Forestville Micheline Anctil, « sans qui, jamais nous n’aurions eu cette salle », a-t-il lancé.

Sur un ton très personnel, Bond a partagé les situations cocasses de sa nouvelle vie de papa, lui qui attend son deuxième enfant pour le mois d’août.

L’accouchement de sa blonde, l’allaitement, les nuits blanches, son allergie aux abeilles et son attachement à ses parents et grands-parents, sont une source d’anecdotes hilarantes sans fin pour l’humoriste, qui se permet d’assaisonner ses punchs d’épices grivoises sans retenue aucune.

Amorcée le 11 mars dernier à Gatineau, la tournée nord-côtière de Philippe Bond se poursuit ce soir à Havre-Saint-Pierre, le 2 juillet à Natashquan et le 3 juillet à Port-Cartier.

En ce qui concerne le Pavillon des Arts, il laissera place à Laurence Jalbert le 20 juillet, Vincent Vallières le 23 juillet et Étienne Fletcher le 12 août. Faites-vites, les billets s’envolent rapidement.

Partager cet article