« Ce n’est plus à nous de dire quoi faire » – Yves-François Blanchet

Par Emy-Jane Déry 3:20 PM - 06 juillet 2021
Temps de lecture :

Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, était de passage à Sept-Îles mardi.

Le chef du Bloc s’est entretenu avec le Chef d’ITUM, mardi matin, dans le cadre de sa tournée régionale.

Yves-François Blanchet a tenu trois rencontres avec des leaders autochtones, au courant de la dernière semaine. Mardi, il a discuté avec Mike Mckenzie. Il est certain que le drame des pensionnats a teinté les échanges, mais celui qui se dit « l’ami » des Premières Nations assure que les rencontres auraient eu lieu, même dans un contexte différent.

Rappelons que le Bloc Québécois a fait adopter en chambre à l’unanimité une motion afin que des actions concrètes du gouvernement soient mises en branle, pour assurer la commémoration du drame des pensionnats autochtones.

« Tu as un seul rôle, paye », c’est ce que cette motion vient dire au fédéral, selon M. Blanchet. « Parce que tu es responsable. Parce que la politique qui a mené à cette volonté d’extinction des cultures autochtones, elle est le résultat d’un désir express de John McDonald, c’est ça l’histoire. »

« Nous n’avons pas à dire aux communautés autochtones comment vivre leurs propres deuils, comment faire leurs propres fouilles, gérer les registres », a-t-il poursuivi.

Le gouvernement à l’obligation de fournir les ressources et moyens pour les accompagner dans leurs propres choix, a-t-il insisté.

Maintenant que la motion a été adoptée, Yves-François Blanchet se dit réellement en mode écoute face à l’ampleur du drame que ça peut représenter. Il ne souhaite pas précipiter des gestes dans quelque chose qui « ne nous appartient pas », dit-il.

« N’importe quel chef de n’importe quelle communauté pourra toujours m’appeler pour me dire que ça n’avance pas et je rembarquerai sur la patinoire, mais à l’heure actuelle je suis à l’écoute. »

Partager cet article