OBVHCN : l’analyse d’eau de puits révèle quelques dépassements

Par Johannie Gaudreault 9:00 AM - 01 septembre 2021
Temps de lecture :

L’équipe de l’OBVHCNs’est mise au travail au printemps dernier afin de faire l’analyse de 10 puits privés entre Sacré-Cœur et Colombier. Photo : OBVHCN

Dans le cadre de sa première tournée d’échantillonnage d’eau des puits privés, l’Organisme de bassins versants de la Haute-Côte-Nord (OBVHCN) a analysé 10 puits privés entre Sacré-Cœur et Colombier, qui ont révélé quelques dépassements.

Effectivement, sur les 10 puits analysés, seulement trois ne présentaient aucun dépassement des normes établies par les deux paliers de gouvernement. Sept puits présentaient donc des résultats dépassant les concentrations maximales acceptables pour certains paramètres.

« Trois des puits présentaient seulement des dépassements de nature visuelle ou esthétique, c’est-à-dire qu’ils peuvent être perçus par nos sens, mais qui n’auraient pas d’impact sur la santé. Un puits présentait uniquement un dépassement concernant un paramètre pouvant affecter la santé. Trois puits présentaient les deux types de dépassement », précise Catherine Emond, chargée de projets à l’OBVHCN.

Les paramètres pouvant avoir un impact sur la santé et qui présentait un dépassement dans certains puits sont le fluor, le manganèse et le plomb. « Les impacts négatifs pour la santé peuvent être, entre autres selon les paramètres, la fluorose dentaire ou osseuse, des problèmes au niveau du développement neurologique chez l’enfant, etc. », indique Mme Emond.

Les paramètres en dépassement pour des critères esthétiques sont les suivants : l’aluminium, les chlorures, le fer, le manganèse (la norme est moins élevée pour les critères esthétiques que pour les critères de santé) et le sodium.

« Ces dépassements peuvent influencer le goût ou l’odeur de l’eau. Certains peuvent aussi être susceptibles d’occasionner des dépôts rougeâtre ou noirâtre dans le lavabo, le bain ou la douche. Certains peuvent parfois même tacher les vêtements », soutient la chargée de projets.

À noter qu’un paramètre est à surveiller lorsque les propriétaires de puits doivent suivre des diètes strictes en réduction de sel. Il s’agit du sodium pour lequel la recommandation est moins élevée dans cette situation que pour les critères esthétiques. « Il s’agit toutefois d’une recommandation, et non d’une norme. Trois des 10 puits analysés présentaient ce dépassement », ajoute Catherine Emond.

Pourquoi faire analyser son puits

Qu’elle provienne d’un puits tubulaire (artésien) ou de surface, c’est au propriétaire du puits que revient la responsabilité de s’assurer de la qualité et de la sécurité de l’eau qu’il offre à des fins de consommation. Le propriétaire se doit de fournir une eau potable aux gens qui se trouvent sous son toit. Cette dernière est régie par le Règlement sur la qualité de l’eau potable.

Il faut savoir que pour les citoyens qui sont connectés au réseau d’aqueduc municipal, le même règlement s’applique, mais l’eau est testée par un responsable de la municipalité. Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques recommande de faire l’analyse de l’eau de son puits privé deux fois par année, soit au printemps et à l’automne, même si la qualité de l’eau semble bonne. 7

« Même si votre eau a une apparence claire et limpide, qu’elle est inodore et sans saveur particulière, elle peut contenir des micro-organismes pouvant affecter la santé. Elle peut aussi contenir des éléments nuisibles quand ils atteignent certaines concentrations », déclare Mme Emond.

La prochaine tournée d’échantillonnage d’eau de puits de l’OBVHCN est prévue le 28 et 29 septembre, toujours avec l’offre bonifiée d’analyse de 38 paramètres physico-chimiques, en collaboration avec l’Université du Québec à Chicoutimi.

Rappelons que ce printemps, grâce à la MRC La Haute-Côte-Nord et au Fonds pour le soutien au développement des communautés en santé, les analyses étaient offertes sans frais pour les personnes à faible revenu dont la résidence principale est alimentée par un puits.

Partager cet article