Les célébrations battent leur plein à Mani-utenam

Par Emy-Jane Déry 1:09 PM - 30 septembre 2021
Temps de lecture :

Des danseurs traditionnels ont offert une danse de la guérison.

La pluie et le temps froid n’ont pas arrêté les célébrations de la première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation à Mani-utenam. Les chanteurs, joueurs de tambour et danseurs ont réchauffé le cœur de ceux qui se sont déplacés sur le site de l’ancien pensionnat Notre-Dame.

Le site d’Innu Nikamu était l’hôte de différents visages mercredi. La réconciliation était au cœur de l’ambiance.

Une quatrième génération d’enfants des pensionnats se mélangeait aux représentants politiques. Le ministre Ian Lafrenière, les députées Lorraine Richard et Marilène Gill, le maire sortant Réjean Porlier, les Chefs innus Mike Mckenzie et Bryan Mark.  Même l’abbé René Théberge, prêtre de la paroisse Saint-Joseph de Sept-Îles depuis une vingtaine d’années, est passé saluer le Chef Mckenzie.

La députée Lorraine Richard, le Chef d’ITUM Mike Mckenzie et le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière.

« Je tenais à être là », a-t-il dit.

Denis Vollant et Naomi Fontaine ont animé l’avant-midi sur la scène. Virginie Michel est venue faire une prière.

« Aujourd’hui nous sommes à l’étape du cheminement collectif, après en avoir fait un individuel », a déclaré Denis Vollant. « Nous devons trouver des solutions pour marcher la tête haute et dignement. »

Les enfants de l’école Tshishteshinu de Mani-utenam sont venus brandir des pancartes affichant des messages inspirés de la Déclaration sur les droits des enfants des Premières Nations.

Les enfants de l’école Tshishteshinu de Mani-utenam.

Des danseurs traditionnels ont offert une « danse de la guérison » aux aînés ex-pensionnaires du pensionnat Notre-Dame, qui étaient réunis pour l’occasion.

Des danseurs traditionnels ont offert une performance en l’honneur des aînés ex-pensionnaires.

Les esquisses du Centre culturel de Mani-utenam ont été dévoilées pour clore l’avant-midi. Tshissenitamun Mitshuap verra le jour pour « la transmission du savoir ancestral et traditionnel de la langue et de l’art ».

La présidente-directrice générale d’Hydro-Québec, Sophie Brochu, a souligné par vidéo l’importance de « se rappeler les souffrances des peuples autochtones ». La société d’État apportera une contribution financière importante au projet dans un esprit de réconciliation.

Sophie Brochu, présidente-directrice générale d’Hydro-Québec.

Les célébrations se poursuivront jusqu’en soirée sur le site, à travers différentes activités culturelles. Le spectacle de la fierté innue est prévu pour 18h. Le tout sera retransmis sur la page Facebook de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation.

Partager cet article

À lire également


À découvrir