Forestville renouvelle la convention collective de ses employés avant l’échéance

Par Johannie Gaudreault 3:00 PM - 04 octobre 2021
Temps de lecture :

De gauche à droite, André Lapointe, vice-président du syndicat, Linda Tremblay, présidente du syndicat, Micheline Anctil, mairesse, Gina Foster, directrice générale par intérim, et Isabelle Gendreau, secrétaire-trésorière du syndicat, ont tous signé la nouvelle convention collective des employés de la Ville de Forestville.

Le conseil municipal de Forestville a procédé à la signature de la nouvelle convention collective de ses employés le 4 octobre, soit près de trois mois avant la date d’échéance qui était fixée au 31 décembre.

« Fait plutôt rare de signer le renouvellement avant l’échéance d’une convention, a témoigné la mairesse Micheline Anctil. En effet, habituellement, les renouvellements de convention collective se font des mois, voire des années, après échéance et, parfois, après bien des douleurs et des reproches. »

Ce n’est nullement le cas pour cette nouvelle convention qui est le « résultat d’un lien de confiance étroit entre le conseil, ses directions et ses employés », selon l’élue.

La convention collective s’échelonne sur cinq ans, soit du 1er janvier 2022 au 31 décembre 2026. Les employés bénéficieront d’augmentations salariales annuelles de 2,5 % pour les deux premières années, 2,1 % pour les deux années suivantes et, finalement, de 2,3 % pour la dernière année de la convention.

De plus, parmi les faits marquants, l’employeur a consenti de hausser la prime pour le travail de soir et de fin de semaine de 1,50 $ à 2,25 $ de l’heure. Quant au rappel au travail (call), il passe de quatre heures à deux heures à taux et demi, si l’employé est avisé avant de quitter.

« Pour le secteur des travaux publics, l’horaire d’été de fin de semaine sera d’une présence obligatoire de 4,5 heures en avant-midi, suivi d’une disponibilité pour l’après-midi au cours de laquelle la clause de rappel au travail est non-applicable », précise Micheline Anctil.

« Nous reconnaissons que ce renouvellement est facilité par la bonne entente entre les parties dans laquelle le conseil municipal et ses directions reconnaissent le bon travail et le dévouement de ses employés de même que le contexte actuel de pénurie de main-d’oeuvre qui invite les employeurs à être attractifs et concurrentiels », de conclure la mairesse.

Partager cet article