Pavillon des arts de Forestville : le résultat de la détermination de deux femmes politiques

Par Johannie Gaudreault 12:00 PM - 05 octobre 2021
Temps de lecture :

L’ancienne présidente de la défunte Commission scolaire de l’Estuaire, Ginette Côté, et la mairesse de Forestville, Micheline Anctil, ont usé de leur rôle d’élues afin de concrétiser le projet de la salle de spectacles.

La réussite d’un projet d’envergure dépasse parfois le bon vouloir et la capacité des employés administratifs. Elle doit passer par la voie politique comme ce fut le cas pour la nouvelle salle de spectacles de Forestville, inaugurée le 27 septembre.

Nommée le Pavillon des arts de Forestville, cette infrastructure culturelle digne des standards de l’industrie du spectacle a nécessité plus de 15 ans de démarches, d’annonces et de reports.

De nombreuses personnes, tant au niveau municipal que scolaire, ont œuvré à sa concrétisation à coup de formulaires, d’appels téléphoniques, et de paperasse en tous genres.

Alors que l’espoir diminuait, deux élues ont pris en main le dossier pour le porter plus loin. La présidente de la défunte Commission scolaire de l’Estuaire (CSE), Ginette Côté, et la mairesse de Forestville, Micheline Anctil, se sont rendues dans les bureaux du ministère de la Culture et des Communications et ont propulsé la volonté collective à une autre étape.

« L’aboutissement de tout ça, c’est Mme Côté et Mme Anctil qui sont allées rencontrer les ministres pour dire que ça fait des années que l’administratif travaille là-dessus, est-ce qu’on peut aboutir. Ç’a fonctionné! Merci mesdames », a lancé la directrice générale du Centre de services scolaire (CSS) de l’Estuaire, Nadine Desrosiers.

Cette dernière a par le fait même remercié tous les acteurs qui ont participé à la réalisation du projet, dont Alain Ouellet, ancien directeur général du CSS de l’Estuaire, Ginette Côté, et Micheline Anctil, « qui s’est battue à nos côtés pour doter les gens de la Haute-Côte-Nord d’un lieu de diffusion professionnel ».

Détermination et persévérance

Pour les deux femmes politiques, il était clair qu’il ne fallait pas baisser les bras et continuer à démontrer les effets positifs de la réalisation d’un tel projet d’envergure à Forestville.

« Tout le monde le demandait, les citoyens, le comité de spectacles, les professeurs, les étudiants, les organismes culturels. On ne pouvait pas reculer et leur dire que ce n’était pas réalisable », soutient Mme Anctil, appuyée de sa collègue et amie Ginette Côté.

De plus, les élues se rejoignent sur plusieurs points. La détermination et la persévérance, il va s’en dire, mais aussi l’envie de relever des défis insurmontables.

« On dirait que plus le défi est élevé, plus je suis motivée à le surmonter », dévoile l’ancienne présidente de la CSE. « Pareil pour moi », ajoute la mairesse de Forestville.

D’ailleurs, celle-ci avoue avoir eu un choc il y a plusieurs années quand elle a été mise au fait que les élèves de la polyvalente des Rivières étaient en retard sur ceux des autres écoles à la suite d’un atelier touchant à la technologie et aux arts et spectacles.

« Je me disais que je ne pouvais pas laisser faire ça. Nos élèves méritent les mêmes infrastructures que les autres », a-t-elle divulgué, en entrevue au Journal Haute-Côte-Nord.

C’est avec émotion que l’élue forestvilloise a pris le temps de remercier chaleureusement Ginette Côté lors de l’inauguration.

« Elle a su défendre avec conviction et vigueur les intérêts de notre jeunesse et de nos citoyens. Nous avons cheminé ensemble dans les dédales du gouvernement et nous avions en Mme Côté une ambassadrice exceptionnelle. »

Pour le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, là était le rôle des commissaires scolaires. « C’est pourquoi on avait besoin des commissaires scolaires, pour porter le vœu de toute une collectivité jusqu’à Québec pour dire, ça, chez nous, c’est incontournable. »

Faits saillants

  • Les premiers plans de la salle de spectacles ont été réalisés en 1999.
  • L’auditorium a fermé ses portes en 2016 en raison de sa non-conformité aux normes de la Régie du bâtiment du Québec.
  • Le projet totalise 4,7 M$ et les travaux de réfection ont été effectués en 2019-2020.
  • La salle de spectacles contient 195 sièges, quatre places pour les personnes à mobilité réduite, une billetterie permanente, un foyer d’accueil et un vestiaire.

Partager cet article