Éloïse Ross-Tremblay retrouve son sport et ses coéquipières

Par Sylvain Turcotte 4:30 PM - 14 octobre 2021
Temps de lecture :

La volleyeuse du Rouge et Or de l’Université Laval, Éloïse Ross-Tremblay, originaire d’Essipit, a renoué avec son sport il y a quelques semaines. Photo Mathieu Tanguay

Plaisir et positivisme sont des mots qui sont revenus plus d’une fois lors de l’entretien avec la volleyeuse Éloïse Ross Tremblay, qui a retrouvé il y a quelques semaines ses coéquipières du Rouge et Or de l’Université Laval.

Après un arrêt d’un an des activités officielles du sport étudiant, Éloïse Ross-Tremblay a renoué avec son sport et ses coéquipières aux alentours du 10 septembre. Elle s’attaque à sa deuxième saison sur le circuit universitaire du RSEQ.

Éloïse n’a pas trouvé la dernière année des plus faciles, il va sans dire. L’entraînement à la maison et en Zoom avec ses coéquipières lui a permis de garder le cap et la motivation sur ses études, sa première année au baccalauréat en enseignement de l’éducation physique et à la santé, après une année en intervention sportive.

Personnellement, pour la saison 2021-2022, Éloïse veut avoir du plaisir, profiter de chaque moment à 110% et vivre le moment présent, surtout après l’année qu’on vient de vivre ».

La volleyeuse de 23 ans compte aussi faire preuve de plus de constance, un aspect qui l’aidera sur toutes les facettes de son jeu. « Il y a toujours place à amélioration dans tout et je prends tout ce qui est possible pour m’améliorer davantage », a-t-elle dit.

Elle entend aussi continuer d’amener une énergie et du positivisme à l’équipe lavalloise, que ce soit sur le terrain ou lors des entraînements. Voilà deux éléments qu’elle souhaite apporter en étant au cœur de l’action, « en touchant le plus possible au terrain », pour évoluer comme athlète, mais aussi comme personne.

Collectivement, Ross-Tremblay mentionne qu’il est trop tôt pour s’avancer sur des objectifs d’équipe. Le Rouge et Or entame son calendrier régulier ce vendredi 15 octobre en rendant visite aux Carabins de l’Université de Montréal.
Elle indique cependant que son équipe regroupe un bon noyau de vétérans, jumelé aux recrues. « On verra où ça va nous mener ».

Elle souligne d’ailleurs qu’il y a une très bonne ambiance avec l’arrivée du nouvel entraîneur, Olivier Faucher. « On a beaucoup de plaisir et c’est très agréable. Tout est nouveau, mais il n’y a que du positif », a conclu celle qui joue comme attaquant à l’aile, du haut de ses 6 pieds.

Partager cet article

À lire également


À découvrir