COVID-19 : quatre élus de René-Lévesque parlent d’une seule voix à la population

Par Charlotte Paquet 4:32 PM - 06 janvier 2022
Temps de lecture :

En compagnie de trois élus des MRC de Manicouagan et de la Haute-Côte-Nord, le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, a réclamé la collaboration de la population pour éviter le point de rupture du réseau de la santé en cette foudroyante quatrième vague de COVID-19 sur la Côte-Nord.

Quatre élus des MRC de la Manicouagan et de la Haute-Côte-Nord ont parlé d’une seule voix, jeudi après-midi, pour supplier leur population de respecter les consignes sanitaires et de se faire vacciner pour éviter de franchir le point de rupture qui conduirait au délestage dans les établissements de santé, comme le vivent plusieurs autres régions au Québec.

Dans une première conférence de presse conjointe depuis le début de la pandémie, tenue virtuellement, le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, la mairesse de Forestville, Micheline Anctil, le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, et le préfet de la MRC de Manicouagan, Marcel Furlong ont tour à tour lancé un message sur l’importance de la vigilance, la bienveillance, la solidarité et la vaccination.

« C’est ça qui va nous aider encore une fois sur la Côte-Nord à être différent d’ailleurs, de ne pas passer ce point de bascule et à préserver l’intégrité de notre système de santé et surtout l’intégrité de nos ressources humaines qui sont essoufflées, qui sont au front pour nous aider à vaincre cette pandémie », a martelé Martin Ouellet.

Ce dernier a rappelé que la Côte-Nord est toujours parvenue à bien s’en tirer depuis le début de la pandémie, mais que cette quatrième vague dans la région fait très mal et particulièrement dans Manicouagan et en Haute-Côte-Nord, quoique la situation soit encore sous contrôle.

Si le député, le préfet et deux maires ont décidé de sortir publiquement, c’est dans l’espoir de toucher des gens qui pourraient ne plus se sentir interpellés par les messages de prévention du CISSS. Comme l’a souligné M. Ouellet, parfois le même message transmis par une autre personne peut faire la différence.

Rencontrer COVID

La mairesse Anctil a dit comprendre que bien des personnes sont fatiguées de la pandémie après presque deux ans, mais elle les a invitées à continuer de prendre la situation au sérieux. Il ne faut jamais baisser les protections, a-t-elle souligné, car « on ne sait jamais, effectivement, à quel moment on pourrait rencontrer COVID ».

Le préfet Furlong a abordé l’importance de la bienveillance mutuelle en ces temps difficiles. « En demeurant vigilants, on se protège les uns les autres », a-t-il rappelé.

Pour sa part, le maire Montigny a axé son discours sur la vaccination, en demandant notamment aux parents d’inscrire leurs enfants de 5 à 11 ans pour recevoir leur première dose. Et aux citoyens qui n’ont pas encore reçu leur première ou leur deuxième dose, il les a implorés de passer à l’action, tout comme ceux qui sont admissibles à leur troisième dose. « C’est la protection qu’on a tous besoin pour s’assurer que notre économie roule à plein régime. En solidarité avec notre milieu, allez vous faire vacciner. »

La panique au Québec

Avec plus de 500 cas actifs de COVID-19 sur le territoire de la circonscription de René-Lévesque, jeudi, les élus reconnaissent que la situation est plus que préoccupante en ce moment. Et ailleurs au Québec, c’est la panique qui s’installe.

Quand les non-vaccinés, qui sont 10 % de l’ensemble de la population, représentent plus de 50 % des hospitalisations dans la province, il y a lieu de réagir pour le gouvernement, en convient le député Ouellet.

Il dit adhérer aux nouvelles obligations annoncées au sujet de la nécessité prochaine du passeport vaccinal à la SAQ et à la SQDC, ainsi que dans d’autres commerces et services non essentiels plus tard. La solidarité des derniers mois entre vaccinés et non vaccinés n’est plus tolérable, conclut-il.

Partager cet article