Tests PCR « réservés » : le nombre de cas pourrait être encore plus biaisé

Par Sylvain Turcotte 10:20 AM - 06 janvier 2022
Temps de lecture :

Avec les tests PCR qui seront désormais « réservés » à certaines clientèles plus prioritaires dans les cliniques de dépistage, il faut s’attendre à ce que le nombre de cas de COVID publié au quotidien sera encore plus « biaisé ». Photo pixabay.com

Avec les tests PCR pour le dépistage de la COVID-19 qui seront désormais « réservés » à certaines clientèles plus prioritaires, le nombre de nouvelles infections annoncées au quotidien sera certainement biaisé, voire bien en dessous de la réalité.

Qu’en est-il exactement? Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord a répondu à la question.

« En effet, des informations seront manquantes par rapport au nombre de cas réel dans la région. Des solutions sont envisagées pour permettre à la population de déclarer une infection même si un test de dépistage n’est pas réalisé dans une installation du CISSS. »

Le CISSS reconnaît aussi que le nombre de cas était « biaisé » depuis quelques semaines avec les tests rapides dont disposent les citoyens.

« D’abord, ce n’est pas tout le monde qui fait un test de dépistage, même quand il a des symptômes. Aussi, des tests rapides circulent déjà depuis un moment et la déclaration des cas positifs n’est pas toujours faite. »

Il est aussi précisé par le CISSS, qu’à l’heure actuelle, lorsque les gens appellent au 1 877 644-4545 parce qu’ils ont des symptômes, « ils se voient déjà remettre des tests rapides par le CISSS de la Côte-Nord la majorité du temps. Les tests PCR sont utilisés dans certaines situations précises et c’est cet usage qui sera limité encore davantage. »

Le CISSS avise la population qu’il ne distribue pas de boîtes de tests rapides comme le font les pharmacies, à titre d’exemple.

« Toutefois, quand une personne appelle au 1 877 644-4545 pour obtenir un dépistage, on lui donne un rendez-vous pour un test PCR ou on lui remet un test de dépistage rapide si sa situation requiert un dépistage. »

Partager cet article