Un premier roman solo pour l’auteur bergeronnais Robert Bouchard

Par Johannie Gaudreault 2:00 PM - 03 mai 2022
Temps de lecture :

Robert Bouchard a présenté son roman L’autre village en primeur à la bibliothèque de Forestville le 28 avril devant une cinquantaine de personnes.

C’était soir de lancement pour l’auteur Robert Bouchard le 29 avril dans le cadre du Festi-Livre Desjardins qui se tenait à la polyvalente des Berges aux Bergeronnes. Il a présenté son premier roman solo L’autre village publié aux éditions Le Cyclope.

L’ancien enseignant en art dramatique à la polyvalente des Rivières de Forestville, qui a pris sa retraite il y a deux ans, a fignolé une histoire qu’il s’amusait à raconter à ses élèves à l’Halloween.

« Chaque année, l’histoire rallongeait jusqu’à ce qu’elle prenne toute la période du cours. À la fin, je réfléchissais avec les élèves à la façon dont elle pouvait se terminer », raconte-t-il alors qu’il a présenté sa création dans les bibliothèques de Forestville et Portneuf-sur-Mer, en primeur le 28 avril.

La trame narrative met en vedette quatre adolescents en 1976 qui se rendent au cimetière des Bergeronnes pour ouvrir une tombe dans un mausolée afin de vérifier une histoire disant que des personnes ont été enterrées sans savoir si elles étaient vraiment décédées.

« Mon grand-père me racontait que c’était arrivé à ma grand-mère. Les médecins, dans les années où elle est décédée, ne savaient pas si elle était morte ou si elle souffrait d’une maladie dont les symptômes ressemblaient à la mort. On procédait donc à la mise en terre du corps, mais certains morts auraient été découverts virés de bord, ce pour quoi on pense qu’ils étaient vivants lors de leur enterrement », explique M. Bouchard.

Les jeunes réussissent donc à ouvrir la tombe et à voir le cadavre qui portait encore une bague. Un des protagonistes prend la bague même si ses amis sont contre l’idée puisqu’il s’agit de profanation. Ces derniers prennent peur et se sauvent en laissant seul celui qui tient le bijou ancien.

« L’escalier du mausolée s’effondre et l’adolescent reste figé sur place. Ce n’est que lorsqu’il échappe la bague qu’il réussit à se sortir de là, avec l’aide de ses amis, croit-il, mais ceux-ci affirment ne pas l’avoir secouru, ayant trop peur », dévoile l’auteur qui précise que son livre n’est pas effrayant, à l’exception de ce petit segment. Il le qualifie plutôt de roman policier adressé aux adultes.

14 ans plus tard

Le récit amène les lecteurs 14 ans plus tard, en 1990, alors qu’un des personnages est désormais propriétaire d’une agence de détectives privés à Montréal. Il demande à son comparse de se rendre sur la Côte-Nord pour mener une enquête sur l’histoire de la bague et des raisons qui ont poussé les résidents et le curé des Bergeronnes à cacher la vérité aux adolescents.

« Ça me permet de décrire certains villages de la Haute-Côte-Nord, dont Forestville et Les Bergeronnes, et d’émettre certains commentaires de gens de la ville qu’on entend souvent, soutient Robert Bouchard. C’est important pour moi de faire connaître la région. Il n’y a pas suffisamment de livres qui en parlent à mon avis. »

L’auteur originaire des Bergeronnes n’en est pas à son premier projet d’écriture. Il a commencé très jeune à manier sa plume. Il a d’ailleurs remporté un prix grâce à un recueil de poèmes lorsqu’il n’avait que 15 ans. Il cumule plus de 700 articles sur son blogue historique et il a lancé le roman Le fantôme de l’auditorium en collaboration avec ses élèves en 2017.

L’auteur, qui a des projets plein la tête, aimerait d’ailleurs répéter l’expérience de création collective en collaborant avec des personnes intéressées par l’écriture dans chaque village de la Haute-Côte-Nord. À suivre…

Galerie photo

Partager cet article