Pour le PQ, le pont sur le Saguenay, c’est oui

Par Colombe Jourdain 11:09 AM - 06 septembre 2022
Temps de lecture :

Jeff Dufour Tremblay réitère l’engagement de son chef, Paul St-Pierre Plamondon, lors de son passage à Baie-Comeau, que la construction du pont à Tadoussac doit aller de l’avant pour permettre le désenclavement de la Côte-Nord.

Le candidat du Parti québécois dans René-Lévesque, Jeff Dufour Tremblay, a proposé ses orientations, lors de sa conférence de presse du mardi matin, concernant le désenclavement de la Côte-Nord.

Le candidat péquiste est clair, pour le Parti québécois et son chef, Paul St-Pierre Plamondon, peu importe les résultats de l’étude commandée par la CAQ, le pont sur le Saguenay doit être construit.

« Depuis 1973, il y a eu 14 études à ce sujet mais pour la CAQ, ça demeure un « si » plutôt qu’un « oui », indique Jeff Dufour Tremblay.

Pointant la CAQ à ce sujet, il s’est empressé de rappeler que François Legault est en accord avec la construction du pont seulement dans le cas où le rapport est favorable. M. Dufour Tremblay interpelle le premier ministre en lui demandant quelles sont les conditions gagnantes pour qu’il acquiesce à la construction du pont.

Le second point de M. Dufour Tremblay sur le désenclavement vise la couverture cellulaire déficiente dans la région entre deux municipalités, par exemple entre Franquelin et Baie-Comeau ou par endroits, entre Forestville et Tadoussac. Selon le candidat péquiste, la CAQ annonce que la province sera couverte d’un bout à l’autre entre 2026 et 2030.

M. Dufour Tremblay s’est informé auprès de l’industrie des télécommunications et il ne nécessiterait que 12 à 18 mois pour étendre le réseau à toute la Côte-Nord. « C’est une question de sécurité, par exemple, quelqu’un frappe un orignal et ça prend une heure avant que quelqu’un passe et ensuite, encore une heure pour que les services d’urgence arrivent sur place », souligne le candidat du PQ.

Jeff Dufour Tremblay a également profité de cette conférence de presse pour donner son appui à la coopérative TREQ en apostrophant le candidat caquiste Yves Montigny qui « ne considère pas que la coop TREQ soit une solution pour Baie-Comeau ».

Advenant son élection le 3 octobre, il s’engage à discuter avec la coop d’aviation afin que Baie-Comeau fasse partie des destinations initiales offertes par l’entreprise.

Partager cet article